Le figuier : plantez le parfum du sud dans votre jardin

Vous souhaitez avoir un figuier dans votre jardin ? Sachez que c’est possible, en particulier si vous le plantez bien à l’abri. En effet, ce fruitier n’est pas réservé uniquement aux jardins du Sud !

Les premières années, par précaution, vous lierez les branches ensemble et entourerez la ramure avec un voile d’hivernage.

Un arbre mythique

Le figuier est sans conteste un des plus beaux arbres fruitiers, avec son feuillage ample, découpé et vert brillant, qui se déploie tard au printemps et se teinte d’or avant de chuter en automne. Ses nombreux fruits mûrs sont tout aussi décoratifs lorsque le soleil les teinte de vert tendre, de jaune beurre, de pourpre, de violet ou de noir. Leur rondeur et leur souplesse sont un appel irrésistible à la gourmandise. Fruits de santé, fruits de sportifs, on aime les figues juste cueillies sur l’arbre mais aussi en entrée et dans des plats ‘sucré-salé’, sans oublier les confitures parfumées ou simplement séchés pour ensoleiller les papilles en hiver.

On croyait le figuier réservé au paysage méditerranéen mais en réalité, avec l’engouement pour le jardin nourricier et l’envie de combiner les plaisirs, le figuier trouve sa place dans toutes les régions.

Un figuier pour chacun

La passion de quelques professionnels a permis un large choix de variétés adaptées à tous les palais, les climats et les espaces. On peut même les cultiver en pot, prenant ses quartiers d’hiver à l’intérieur en région froide. Le figuier permet de créer des ambiances très diverses, invitant au voyage vers le sud ou plus loin encore … Un figuier ‘bonsaï’ peut créer la surprise sur un petit balcon offrant le contraste de ses grandes feuilles sur une silhouette miniature. Ce large feuillage est d’ailleurs très utile pour sa qualité d’ombrage qui sait se faire oublier en hiver quand la lumière est appréciée. Dans un décor réduit, l’arbre peut se montrer discret lorsqu’on l’utilise de manière originale, palissé contre un mur.

CONNAÎTRE LES 2 TYPES DE FIGUIER pour bien le choisir

  • Une variété unifère dont les fruits ne mûrissent qu’en juin ou juillet dans le Midi,
  • Une variété bifère (ou remontante) dont une seconde récolte apparait en septembre. Pour cette variété bifère : pas ou peu de 1ère récolte dans le Midi et peu de 2ème récolte dans le Nord de la France

A savoir :
Le figuier n’est pas sujet au phénomène de l’alternance de production et aucun éclaircissage naturel de jeunes figues : les fruits tombent peu et sont menés à terme même par manque d’eau. L’abondance de production ne nuit pas à la grosseur et à la qualité des fruits.

Sachez le figuier est un arbre peu exigeant, jamais malade, demandant peu de soins, résistant à la sécheresse, renaissant de sa souche après un grand froid … Sa grande longévité (près de 300 ans) va lui permettre d’accompagner la famille sur plusieurs générations, on peut dire que l’essayer, c’est l’adopter pour longtemps !
Si votre sol est pauvre, apportez une fumure sous forme de compost à l’aplomb du feuillage. En général, le figuier apprécie un sol léger, profond, fertile et plutôt calcaire.

Ce fruitier préfère une exposition sud ou sud-ouest, si possible, à l’abri d’un mur qui le protégera des vents froids. Pour planter un figuier en pleine terre : creusez un trou d’au minimum 50 cm de profondeur et de largeur, voir 80 cm en terrain argileux. Retirez les cailloux et les racines des mauvaises herbes.

Comment planter et entretenir son figuier ?

Le figuier est peu difficile sur la nature du sol pourvu qu’il soit perméable et sans eau stagnante. En forme gobelet, ce sont des arbres dotés d’un tronc de 60 à 90 cm avec 5 ou 6 branches.

La taille d’hiver se résume à supprimer les branches qui ont porté des fruits durant l’année précédente. Toujours une taille en biseau pour ne pas que l’eau puisse y stagner. Au printemps, un apport d’engrais arbres fruitiers riche en phosphore et en potasse est nécessaire. Arrosez abondamment lorsque les fruits commencent à grossir. Protégez le figuier du froid en ramenant la terre sur la souche car, en région froide, même si les rameaux meurent, le figuier repart de la base.

Comme pour tout arbre, la taille du figuier doit aérer le cœur de l’arbre afin qu’il profite de l’air, de la lumière et renforcera sa résistance ainsi qu’un joli port. Dans les zones méridionales, une taille de figuier tous les 2 à 3 ans s’avère suffisante. Si l’on souhaite limiter la production du nombre de figues pour récolter des fruits plus gros, il suffit bien souvent de tailler ce fruitier chaque année. Le principal est de ne pas traumatiser l’arbre. C’est pourquoi on préconise des coupes légères plutôt que trop agressives.

Quand récolter les figues ?

Lorsqu’elles sont bien charnues, que leur peau devient très fine et surtout qu’elles soient moelleuses au toucher, les figues sont mûres.

  • Figuier unifère : une seule récolte en automne,
  • Figuier bifère : 2 récoltes se succèdent, l’une fin juin ou début juillet pour ce qu’on appelle la figue fleur ou figue d’été, l’autre fin août jusqu’à septembre ou octobre pour la figue d’automne.

Mon figuier perd subitement ses feuilles et ses fruits en été : que faire ? 

Les figuiers apprécient quand même l’humidité en été. Avec son système racinaire très développé, il peut  puiser l’eau dans les basses couches en période de sécheresse. Inversement, des arrosages copieux rendent le figuier paresseux, il se contente d’absorber l’eau à proximité sans émettre de nouvelles racines, il devient très dépendant de l’arroseur. Oublier les arrosages pour rendre votre figuier plus responsable.

Scroll to top