Open post

Une haie champêtre ‘Esprit bocage’

Pour délimiter son jardin, se cacher un peu des voisins ou encore se protéger du vent, les haies demeurent indispensables.

Grâce à notre sélection d’arbustes originaux et différents les uns des autres, vous pouvez facilement obtenir une haie aux dimensions adaptées à votre jardin et avec de nombreux aspects décoratifs tels que les feuillages colorés et les floraisons évoluant au fil des saisons !

LES IDÉES ‘ART DE VIVRE’ 

Le long des sentiers en forêt ou dans les cours de ferme, les stères de bois sont omniprésents. Pourquoi ne pas rendre encore plus champêtre cette haie en y associant des branchages mis en fagots, des rondins de bois à l’état brut pour habiller les parois du chemin et tapisser le sol par endroits, mais également du bois ouvragé à l’image des traverses de chemin de fer associées entre-elles pour créer des mosaïques de galets ou autres minéraux de votre jardin.

Moins durable qu’un muret en pierres sèches, le maintien d’un talus ou de clôture temporaire automnale à aide de rondins peut aussi agrémenter cette haie libre.

Les bûches réunies en stère, le bois « cordé », les treillages bois, les grumes mal formées, des sections de branches biscornues, … sont d’autant de précieuses matières premières pour rendre attrayante votre haie.

Renforcez l’esprit bucolique en insérant entre les sujets de cette haie d’autres arbustes de petites dimensions, des plantes vivaces, des graminées ou des bulbes.

Ce surplus de végétaux double l’épaisseur de cette haie mais dessinera un tracé plus sinueux dans l’esprit bocager.

Créez des ouvertures dans la haie permet de rompre monotonie.

Un passage accompagné d’un portillon bois ou d’un arceau peut servir de support aux plantes grimpantes champêtres comme un chèvrefeuille ou un rosier grimpant !

Plan 

Flèche 1 : colchiques, crocus, narcisses…
Flèche 2 : écorces
Flèche 3 : barrière bois
Flèche 4 : fagots décoratifs de branchages  ou rondins de bois

NOISETIER de LOMBARDIE     

Les noisetiers sont certes appréciés pour leurs fruits mais la qualité ornementale de leur feuillage ne manque pas non plus d’intérêt.
Nom : Corylus maxima
Catégorie : arbuste
Gel : rustique
Terre : meuble, neutre
Floraison : fleurs insignifiantes en hiver donnant chatons bordés de rouge.
Feuillage : caduc, pourpre- gros fruits oblongs.
Hauteur : 3 m 
Largeur : 2m
Utilisation : indispensable dans une haie colorée mais aussi en brise-vent.

MILLEPERTUIS

Le meilleur moment de cette plante se situe lorsque fleurs et fruits sont apparents : à découvrir et à placer au pied d’un amélanchier par exemple !
Nom : Hypericum inodorum  
Catégorie : arbuste  
Gel : rustique
Terre : fraîche
Exposition : soleil 
Floraison : jaunes de juin à septembre
Feuillage : caduc à semi-persistant et rameaux pourpre en pousse
Hauteur : 1m 
Utilisation : haies, isolé, jardinière

SUREAU NOIR 

Idéal pour les haies champêtres, le sureau est très apprécié pour sa floraison en ombelles et pour ses fruits noirs comestibles dégustés avec ferveur par les oiseaux et les amateurs de confiture.
Nom :   SAMBUSCUS NIGRA
Catégorie : arbuste
Gel : rustique
Exposition : soleil
Floraison : fleurs blanches en juin juillet
Feuillage vert clair
Hauteur de 3 à 6m 
Largeur : 2m

AMELANCHIER

Les grands bouquets de fleurs du printemps de l’amélanchier charment les tables des jardiniers.
Nom : Amélanchier canadensis
Catégorie : arbuste
Gel : rustique
Terre : toute
Exposition : soleil
Floraison : en étoile de 8cm blanche en avril-mai avant les feuilles- fruits marron pourpre sucrés en juin.
Feuillage caduc-denté- jaune orangé à l’automne
Hauteur : 3 à 5m 
Largeur : 2m

SUMAC DE VIRGINIE à plumeaux rouge  

Cet arbuste est donc particulièrement décoratif par son beau feuillage qui, de plus, resplendit en automne et par ses fruits de couleur vive. En hiver, même sans feuilles, la disposition de son branchage et la persistance de ses fruits ne le laissent pas passer inaperçu.
Nom: Rhus typhina
Catégorie: arbuste
Gel : rustique
Forme : arrondie
Exposition : soleil
Feuillage caduc- belle couleur pourpre à l’automne
Largeur : 2m

TAMARIS

A côté du sumac, les bractées rose d’un tamaris de printemps ressortent vraiment et se marient très bien avec les autres végétaux de cette haie.
Nom : TAMARIS TETRANDRA  
Catégorie : arbre
Gel : résistant
Terre : toute
Exposition : soleil
Forme élancée 
Floraison : rose tendre spectaculaire en mai juin avant apparition des feuilles.
Hauteur : 3m00
Largeur : 3m
Entretien : coupez les branches à la fin de floraison

CORNOUILLER BLANC

De croissance rapide, le cornouiller se développe facilement dans cette haie colorée et son feuillage vert marginé de blanc argenté.
Nom : Cornus alba ‘elegantissima’
Catégorie : arbuste
Gel : rustique
Terre : toute
Exposition : soleil
Forme : élancée- arquée 
Floraison : blanche en avril -mai
Hauteur : 2m50
Largeur : 2m

ABELIA

Avec son feuillage persistant, il apporte le vert luisant à cette haie champêtre et surtout les fleurs rose lilas en juin…
Nom : ABELIA GRANDIFLORA
Catégorie : arbuste
Gel : rustique
Terre : toute
Exposition : soleil
Forme : arquée 
Floraison : rose de juin à octobre
Hauteur : 1m50
Largeur : 2m

VIORNE OBIER

Les feuilles caduques de ce viorne prennent une jolie couleur rouge en fin de saison. A la fin de la  floraison se forment des baies charnues rouges ! 
Nom : Viburnum  
Catégorie : arbuste
Terre : toute
Exposition : soleil
Floraison : Blanche en mai
Hauteur : 3m
Largeur : 2m

CHARMILLE

Grâce à son feuillage vert clair tendre, la charmille apporte fraîcheur et naturel. Caduque, elle garde l’originalité de garder de nombreuses feuilles sèches sur ses branches en hiver comme les chênes pédoncule. 
Nom : Carpinus betulus
Catégorie : arbre   
Gel : rustique
Terre : perméable et frais
Exposition : soleil 
Hauteur : supporte bien la taille pour des haies de 2 à 5m.
Distance de plantation : 0,70 à 1m

PHOTINIA

Avec son feuillage persistant, il pousse rapidement et se conduit facilement en haie libre. Mais c’est surtout le contraste de couleur entre les feuilles vert foncé et les jeunes pousses rouge brillant puis cuivré qui surprend !
Nom : Photinia fraseri ‘red Robin’
Catégorie : arbuste
Gel : rustique
Terre : toute
Exposition : soleil
Forme : arquée 
Floraison : rose de juin à octobre
Hauteur : 1m50
Largeur : 2m

Réglementation 

Vous pouvez planter une haie à 50 cm de votre voisin si cette dernière n’excède pas 2 mètres.
Cependant, pour des raisons pratiques concernant la taille et le nettoyage, il est recommandé de planter à 80 cm de ce dernier.

Si vous clôturez votre propriété autrement qu’avec du végétal, il existe des limitations et des obligations d’utilisation de matériaux pour assurer une continuité architecturale dans la ville ou village : renseignez vous auprès de votre mairie pour connaître les règles en vigueur en matière de clôture sur le territoire de votre commune.

Une déclaration de travaux en mairie suffit souvent …

Conseils de plantation

  • Avant de planter, préparez votre plate bande plantation
  • Laissez une bande de terre de 30 cm pour planter des colonies de bulbes au pied des arbustes. Certains, n’ayant pas encore de feuilles, permettront aux perce neige, narcisses ou autres de s’épanouir en pleine lumière.
  • Retourner à la bêche votre sol de plantation
  • Retirez les racines, gravats sur 70cm
  • Apportez à la plantation un bon engrais organique tel que de la corne broyée avec tourbe et terreau si votre sol est pauvre.                                             
  • Plantez en quinconce et placez le collet de l’arbuste au niveau de la surface :

La plantation en quinconce sur film plastique permet de limiter le désherbage et donne la possibilité de proposer l’installation des arrosages automatiques.

Pour rendre très naturelle, rompez la monotonie en mélangeant les espèces, les hauteurs et les couleurs !

  • Distance de plantation : il n’y a pas de règle car, pour une haie vive ou champêtre, le développement de chaque végétal est différent : tenir compte de sa largeur adulte et les espacer en fonction ! Trop serrées, les plantes vont manquer d’air , de lumière et produire beaucoup de bois mort !
  • Tassez la terre et arrosez copieusement avant de pailler le pied.

Vous avez aussi la possibilité de recouvrir la surface du sol d’un paillis, composé d’écorces de pin : ce précieux manteau, d’une épaisseur comprise entre 5 et 10 cm et 80cm de large, conservera un sol frais plus longtemps.

En attendant la pousse des végétaux, vous pouvez planter d’autres plantes :

Vivaces pouvant s’associer à cette haie champêtre s’accommodant de la proximité d’arbres : Monarde élevé, lobelia, croix de Jérusalem, hémérocalle, pavot d’orient, penstémon, coreopsis, achillée, panic, valériane, reine des prés, rudbéckia, oenothère.

Autres arbustes d’association : hêtre, lonicera tatarica, charmille, rosier rugosa, aubépine,saule argenté nain, sorbier des oiseaux,arbre aux faisans, spirées…

D’autres beaux arbustes d’automne aux couleurs flamboyantes : Arbre à perruque (cotinus coggygria), arbre à caramel (cercidiphyllum jap.),aronia, berbéris,quercus coccinea,copalme d’Amérique, érable du japon,hamamelis, hortensia à feuilles de chêne,

Conseils d’entretien

Chassez l’artifice : pour cultiver le style champêtre, tout l’art de la taille consiste à ne jamais céder au taille-haie car l’utilisation de ce dernier façonne des silhouettes géométriques. Utilisez un bon sécateur à deux mains et cisaille pour laisser libre la haie !

En général, une haie libre se taille peu et demande peu d’entretien : il se résume à en maintenir l’équilibre en limitant le développement trop important des arbustes !

Optimisez l’arrosage : pour obtenir une reprise rapide et une croissance optimale, ménagez une cuvette au pied des plantations effectuées en fin d’hiver ou au printemps. Les arrosages seront que plus bénéfiques.

L’installation d’une ligne d’arrosage goutte à goutte ou par tuyau microperforé ou suintant est une alternative économique ! Surveillez les premières années de plantation la sécheresse !

Traitement préventif au printemps et en hiver pour maintenir en forme toute la haie contre les maladies et les insectes : Chancre, Moniliose, Oïdium, rouille, tavelure, acariens, chenilles, pucerons…

La taille régulière des haies limite leur traitement !

Engrais : chaque printemps, un engrais complet à dissolution lente permet de raviver votre haie et de lui donner à manger jusqu’aux grosses chaleurs.

Calendrier d’entretien

En avril ou en août : taillez les arbustes à feuillage persistant
En septembre : taillez la charmille
Essences à feuillage caduc fleurissant au printemps : tailler juste après la floraison sauf si vous souhaitez garder les fruits décoratifs !
Essences à feuillage caduc fleurissant en été : taillez en fin d’hiver !
Fertilisez deux fois par an : mars et début juin

Les produits incontournables pour ce jardin !

Il est important de définir la place des tuteurs avant la mise en place du végétal.

  • Pralin
  • Engrais complet pour la plantation
  • Ecorces ou film paillage pour limiter le désherbage et faire des économies d’eau

Pour l’arrosage

  • Tuyau poreux
  • Goutte à goutte

Pour la coupe :

  • Cisaille à main
  • Sécateur
  • Sécateur à deux mains
  • Tronçonneuse ou taille-haie (pour rajeunir haie âgée)

Pour la récupération des déchets de coupes :

  • Aspirateur – souffleur,
  • Broyeur de détritus,
  • Bac à compost.

Et n’oubliez pas…

Les accessoires pour les oiseaux de la Nature pourront les aider à déguster les baies multiples de cette haie…nichoirs, abreuvoirs…

Open post
Delbard jardin blog conseil automne novembre

Les travaux du jardin en Novembre

Le mois de Novembre est la saison qui correspond au repos de la végétation pour assurer des plantations réussies dans le jardin. En plantant à l’automne, de façon générale, vos plantes seront mieux racinées et vous pourrez vous contenter d’apports en eau réduit l’été suivant : un geste tout simple pour la planète ! Tant qu’il ne gèle pas et que le sol de votre jardin n’est pas détrempé, vous pouvez continuer en décembre voire janvier.

Plantez en automne : c’est bien mieux !

En novembre, l’ensoleillement diminue de 25 à 50% du Sud au Nord par rapport à octobre !
Votre jardinerie vous aide à composer un jardin à votre goût afin qu’il puisse rester beau, rythmé par des haies, des bordures, des feuillages persistants … Pensez- y, vous avez tout l’hiver pour planter à foison !

  • Bulbes : En les plantant tout au long de l’automne, vous obtiendrez, selon les variétés de tulipes, de jacinthes, de crocus, de narcisses… une longue floraison de la fin d‘hiver au printemps,
  • Vivaces : Apportez du compost aux vivaces qui gardent partiellement  leur feuillage comme les hémérocalles,
  • Rosiers : En décidant de planter un rosier à l’automne, vous lui ferez gagner en robustesse. Il sera mieux armé pour affronter l’été suivant et vous assurera une floraison précoce et plus abondante,
  • Arbres et arbustes d’ornement : Planter ou transplanter un arbuste à l’automne améliore la reprise et leur assure un bon développement. Ne pas tailler à cette saison les arbustes à floraison printanière,
  • Haie : En plantant à l’automne, vous optimisez sa reprise et vous favorisez sa croissance en taille et en volume, 
  • Fruitiers : Planter un arbre fruitier à l’automne permet tout simplement de gagner une année de récolte ! Donc des fruits en plus (économie assurée) et du goût assuré !
Blog-delbard-maison-jardin-conseils

A la maison, que faire ?

Forcez des bulbes pour fleurir votre hiver et avoir le printemps avant l’heure dans votre maison ! Ils doivent être plantés depuis au moins 10 semaines à dans votre jardin ou laissés 5 semaines dans le bac de votre réfrigérateur pour un bon démarrage. Entre décembre et janvier , rentrés dans la maison à une température de 18 à 20°C, la montée à floraison est assurée (jacinthes, amaryllis, tulipes…).
Décorez et fleurissez votre séjour ou votre pièce préférée avec un cyclamen !
Si l’atmosphère de votre pièce est sèche, vaporisez quotidiennement le feuillage de vos plantes vertes et placez le pot sur un lit de billes ou de cailloux humides.
De plus, fertilisez votre plante tous les 15 jours en période de croissance.
Pour l’été de la Saint-Martin, changez le décor végétal de votre intérieur en venant découvrir un large choix de compositions de plantes fleuries !
Découvrez notre collection très diversifiée d’orchidées et voici quelques règles de base pour bien les soigner :

  • Emplacement des orchidées : elles apprécient une bonne luminosité. Placez vos plantes dans un endroit lumineux, tout en évitant les rayons directs du soleil. Évitez également les atmosphères surchauffées. Une aération modérée est souhaitable mais sans courants d’air,
  • Hygrométrie (humidité de l’air) : Pour éviter les problèmes causés par une atmosphère trop sèche, placez vos plantes à l’écart de toute source de chaleur (radiateur) et mettez-les sur des soucoupes d’eau remplies de gravier ou de billes d’argiles (pour éviter que le pot ne trempe dans l’eau). Des pulvérisations sur le feuillage et sur la surface du compost seront bénéfiques en période chaude.

Autres travaux :
Dégermez les pommes de terre.
Pensez à fumer vos agrumes (citronniers, kumquat,)…pour restituer à la terre les éléments puisés par votre arbre.
Les plantes méditerranéennes, lauriers roses et agrumes doivent, dans la plupart des régions, être hivernées dans un local frais de 10°C et assez lumineux (vérandas, garages ou entrée munis d’une fenêtre). Toujours maintenir le substrat humide pendant cette période froide.

Poireaux-blog-delbard-jardin-conseils

Au potager, que faire ?

C’est la saison des labours surtout nécessaires en terrain lourd et argileux.
Tant qu’il ne gèle pas trop en début de saison ou dans les régions clémentes, abritez vos derniers légumes sous des voiles d’hivernage.
Récoltez la mâche, les épinards, les laitues pommées et après les premières gelées, les variétés d’hiver de chou de Bruxelles. Commencez par les pommes du bas des tiges. Coupez les rameaux de l’estragon à 10 cm du sol. Couvrez avec une bonne couche de feuilles sèches ou de la paille puis d’un voile d’hivernage. Récoltez les navets, carottes et poireaux attaqués par les vers.

Terminez la récolte des dernières courges et potirons. Placez les betteraves et les carottes dans du sable à l’écart pour les protéger des rongeurs.
Nettoyez les pissenlits, buttez-les ou posez des pots opaques sur les pieds.
Les choux : les plus résistants (choux de Bruxelles, choux de Milan) n’ont pas besoin de protection.
Les poireaux : un paillage du sol permet d’empêcher le sol de geler ce qui facilite considérablement la récolte par arrachage.
Semez, dans le midi, les pois mangetout, les pois à grains ronds et les fèves. Plantez de l’ail en terres légères.
Dès ce mois, venez acquérir dans votre jardinerie le calendrier lunaire : une aide pour optimiser vos récoltes au potager et dans votre jardin.

Au verger, que faire ?

S’il n’a pas encore gelé, récoltez les derniers fruits, pommes, poires, kiwis, coings.
Isolez les coings pour qu’ils ne parfument pas les autres fruits.
Après les premières gelées, récoltez les nèfles communes et les kakis. Placez les fruits sur un lit de paille et consommez-les dans quelques semaines.
Plantez les fruitiers à racines nues : enrichissez la terre avec du compost et de la corne broyée. Tuteurez les demi-tiges et n’enterrez pas le point de greffe. Apportez 1 à 2 arrosages.
Quand toutes les feuilles des fruitiers sont tombées, pulvérisez à nouveau à la bouillie bordelaise.
Plantez aussi des cassissiers, des framboisiers, des groseilliers, des mûriers (ronces) et des myrtilles lorsque le sol n’est pas gelé !
Supprimez les vieux bois des cassissiers et des groseilliers. Coupez les tiges sèches des framboisiers.
Traitez vos arbres et arbustes.
C’est en hiver et au début du printemps qu’il faut mener les contre-offensives pour déloger les ennemis des arbres fruitiers là où ils se trouvent : dans les écorces et les écailles des bourgeons. Mais le plus naturellement possible, sans nuire à votre santé et à l’environnement.

Badigeon et brossage

Commencez par brosser les troncs et les grosses branches charpentières pour enlever la mousse, les écorces mortes et les lichens qui peuvent abriter des œufs et larves de ravageurs. Puis appliquez un badigeon à base de chaux (prêt à l’emploi acheté dans votre jardinerie). Le but est d’asphyxier les formes hivernantes des ravageurs.

Coupez les fruits momifiés

Ce sont les fruits desséchés encore accrochés aux branches. Ils portent des germes de maladies (moniliose) prêts à envahir les jeunes pousses au printemps suivant.
Balayez les feuilles mortes sous les arbres. L’objectif est qu’aucune feuille ne subsiste sous les arbres en fin d’hiver pour éviter la projection de spores (sorte de graines) des champignons parasites sur les jeunes pousses printanières.
Comment choisir ses fruitiers … Il faut que ce choix soit judicieux. En effet, la priorité est de choisir des fruitiers dont la taille adulte correspond à la taille de votre jardin. En toute logique ne plantez pas des arbres ou arbustes dont la récolte se fait en août si, tous les ans, vous êtes absent à cette époque. Ne plantez pas une variété au petit bonheur. Pendant des dizaines d’années, vous allez récolter des fruits et il faut qu’ils vous plaisent. Goûtez-les avant de planter !
Plantez un fruitier nain : si vous ne disposez que d’un petit jardin, d’un balcon ou d’une terrasse, ne renoncez pas pour autant au plaisir de récolter vos propres fruits. En effet, les fruitiers nains s’accommodent très bien de la culture en pot.

  • Offrez un figuier qui se contente d’un volume de terre réduit et qui peut lui aussi être installé dans un pot,
  • Les fruitiers comme pruniers, pêchers et cerisiers se prêtent également à la vie en pot,
  • Votre jardinerie vous propose aussi toute une gamme d’agrumes (oranger, clémentinier, mandarinier, citronnier, kumquat), qui fructifient facilement en pots, à condition d’avoir la possibilité de les mettre sous abri à l’automne dès les premiers froids, jusqu’en mai (idéalement, dans une pièce lumineuse avec une température nocturne de 7 à 12°C).

Il est important de choisir des variétés auto-fertiles, surtout si votre fruitier nain est isolé.
La plupart des petits fruits s’auto-fécondent sans problème, mais les pommiers, les poiriers, certains pruniers et presque tous les cerisiers sont moyennement auto-fertiles et doivent avoir une pollinisation croisée avec d’autres arbres fruitiers pour donner des fruits en abondance.
Contre les maladies cryptogamiques, pulvérisez de la bouillie bordelaise sur les arbres et les feuilles tombées !
Plantez arbustes à petits fruits et arbres fruitiers.
Bêchez ou labourez la terre au pied des arbres pour la décompacter. En terre meuble, régulièrement paillée, cette opération n’est pas indispensable : c’est également le moment d’enfouir un engrais pour arbres fruitiers afin de renouveler les réserves de nourriture à l’issue d’une saison de production.
Toute plantation d’arbre doit être accompagnée d’un bon tuteurage avec collier.

Aux fenêtres, balcons et terrasses

Après les premières gelées, arrachez les bégonias, dahlias, cannas et glaïeuls et terminez la plantation des hémérocalles, pivoines et cyclamens.
S’il n’a pas encore gelé, récoltez les derniers fruits, pommes, poires, kiwis, coings.
Plantez un pernettya aux baies roses dans un pot avec une terre de bruyère : elle fera merveille en compagnie des bruyères et pensées cornuta. Les callunes teintées sont rustiques et les bruyères Erica carnea existent en différents coloris naturels qui vont du rose tendre au rouge ou encore au blanc et qui offrent parfois un feuillage naturellement coloré de jaune, bien plus lumineux et naturel que les plantes teintées.
Fusains, skimmias, pivoines, sedums et saxifrages sont aussi des végétaux très ornementaux pour vos balconnières d’hiver.
Investissez dans une mini-serre : à défaut de disposer d’une grande surface permettant une serre ou un châssis, vous pouvez investir dans du petit matériel pour hâter vos cultures et réussir vos semis. Mini serres, châssis légers, serres chauffantes…
Achevez la plantation des bulbes à floraison printanière sous vos plantations de bisannuelles : pensées, myosotis, pâquerettes et semez des fleurs vivaces alpines : (gentianes, pavots…) ainsi que soucis, pavots de Californie et bourrache.
Protégez du froid toutes les plantes frileuses avec des voiles d’hivernage.

Pour les balconnières d’hiver, c’est tout aussi simple

Votre jardinerie vous propose de réaliser des balconnières opulentes et généreusement plantées.
Nous vous conseillons d’installer :

  • Trois plantes dans une coupe de 25 cm.
  • Cinq dans une jardinière de 50 cm.
  • Huit dans une jardinière de 80 cm.

Pour un drainage parfait au cours de l’hiver, un lit de 3 cm de gravillons ou de billes d’argile est idéal au fond du bac.
C’est un jardin à part entière : composez le décor en mélangeant des plantes d’aspects différents qui occupent tout l’espace
Alternez toujours une plante érigée à côté d’espèces plus basses : votre composition plus rythmée si vous utilisez aussi différentes couleurs et textures de feuillage.
Des lierres de différents feuillages sont des plantes retombantes pour dissimuler en partie le bac.
Les proportions de votre contenant sont équilibrées par rapport au volume des plantes que vous choisissez, mais un grand pot est toujours préférable, car la terre s’y dessèche moins vite.
Plusieurs types de contenants vous permettent de marier formes et matériaux.
Faites-vous plaisir avec des compositions prêtes à poser !
Lorsque les jours raccourcissent, nous nous replions sur l’intérieur de la maison et nous avons tous besoin de l’effet stimulant d’une jolie jardinière d’automne comme décor, à proximité des fenêtres, pour profiter d’un peu de nature.

Au jardin d’ornement

Les oiseaux de nos jardins heureux, même en hiver ! En effet, que vous habitiez à la campagne, en banlieue ou en ville, il est probable que votre jardin abrite des espèces d’oiseaux : vos jardins deviennent de véritables oasis pour vos compagnons d’hiver.
En proposant un assortiment judicieux d’arbres et arbustes, en proposant des abreuvoirs (eh oui ! L’eau est rare pour les oiseaux en hiver à cause du gel), en présentant un ou deux nichoirs, et surtout en apportant la bonne alimentation dans une mangeoire bien placée.

Conseils de base

Plus la nourriture est disponible et régulière, plus le lieu est attractif pour les oiseaux ! – L’eau permet les bains favorisant l’entretien du plumage et constitue une boisson de bienvenue au jardin surtout pour les granivores plus assoiffés que les insectivores.
En hiver, l’eau sera d’autant plus importante pour les granivores mangeront des graines ou semences plus sèches.
Importance du lieu de fixation du nichoir ou de la mangeoire.
Le jardin doit être un site accueillant et tranquille.
N’hésitez pas à garnir une ou deux balconnières sur votre balcon spécial « Oiseaux des jardins ».

Avant de planter, pensez à praliner !

Le pralinage vous garantit presque à 100% la reprise des arbres et arbustes plantés à racines nues. En arboriculture, on parle de pralinage depuis la fin du XIXème siècle en référence aux fameuses confiseries nommées pralines (le mot vient du nom du comte de Plessis-Praslin qui appréciait ces amandes rissolées dans du sucre caramélisé).

La bruyère

Idéale pour les régions qui ont souvent de très fortes gelées, la bruyère résiste aussi très bien à ces climats rigoureux. En revanche, elle est moins recommandée dans les régions plus sèches et plus venteuses du fait qu’elle pourrait rapidement griller. C’est une plante qui offre une floraison abondante et durable : elle pourra ainsi proposer des couleurs chaleureuses d’octobre à mai. Elle ne demande également que très peu d’entretien.

Les hellébores

Ces plantes peuvent facilement résister à la neige, au gel et à l’humidité. Bien que plantes d’hiver, elles peuvent offrir des couleurs chaudes qui viendront embellir le monument funéraire. Les hellébores font partie des rares fleurs qui s’épanouissent en hiver. Pouvant avoir des teintes pourpres et violettes, elles constituent un choix idéal pour apporter de la lumière à la pierre tombale.

Les conifères nains

De forme compacte, les conifères nains ont l’apparence de petits thuyas et peuvent offrir quelques coloris plus originaux que le vert. Dorés, argentés ou bleutés, ils peuvent facilement faire face à des températures extrêmes, pouvant aller jusqu’à -25°C.
Profitez de ces mois d’automne pour venir découvrir dans votre jardinerie des arbustes éclatants par leur feuillage. Érable du Japon, aronie, fusain ailé, fothergilla, pommier d’ornement, sumac de virginie, hortensia à feuilles de chêne, viorne plicatum et bien d’autres végétaux… – Qu’on plante un arbre, un arbuste ou bien de petites plantes, il vous faut mettre toutes les chances de votre côté et planter à bonne période. L’automne est là : c’est la meilleure saison !
Plantez des vivaces en automne. C’est une saison charnière pour les vivaces.

Vivaces rustiques : elles résistent bien au gel !

L’époque est favorable à la plantation de vivaces que votre jardinerie vous propose en godets. Nous conseillons de choisir celles qui fleurissent au printemps et en début d’été. Passer l’automne et l’hiver en terre leur permettra de s’installer et de démarrer au plus tôt pour vous offrir une superbe floraison l’année prochaine !

Les vivaces frileuses

Sont à protéger. Certaines, bien qu’elles reviennent année après année, sont plutôt frileuses. C’est le cas des sauges, des penstemons, des fuchsias et des nombreuses méditerranéennes qui peuplent aujourd’hui bien des jardins situés au-dessus de la Loire…
Pour les protéger, épandez à leur pied un paillis d’écorces ou d’un autre matériau : aiguilles de pin, paillette de lin, feuilles mortes, qui ont tendance à retenir l’humidité. Vous pouvez également recourir au voile d’hivernage ou au film plastique à bulle pour protéger les sujets les plus sensibles au froid.
Marquer les emplacements avec des étiquettes : le feuillage de certaines vivaces disparaît complètement durant l’hiver. Pour ne pas risquer de les abîmer en travaillant vos massifs ou plates-bandes cet hiver, marquez dès à présent leur emplacement au moyen des étiquettes et tuteurs prévus à cet effet.

Tuteurez vos vivaces

Pour que vos massifs d’arrière-saison conservent une bonne allure, n’oubliez pas de tuteurer les grandes vivaces : asters, verges d’or, rudbeckias… Les tuteurs en bambous remplissent efficacement leur office et s’intègrent très naturellement.
Le compost redonne au sol de l’humus, ce qui le rend fertile et facile à travailler.
Il améliore sa composition et régularise les échanges d’air, d’eau et de chaleur.
Emblème de la culture bio, le compost est une solution au problème des déchets. C’est donc une affaire qui nous concerne tous. C’est une opération éco citoyenne !
Les fuchsias peuvent passer l’hiver en pleine terre, là où les températures ne descendent pas en dessous de – 10°C.

Automne-delbard-blog-jardin

Compostez les feuilles mortes

Les feuilles sont faciles à ramasser avec un bon balai à gazon à dents plates. Sèches, elles sont un complément parfait des déchets de cuisine et des tontes de gazon pour le gazon.
Broyez les feuilles si vous le pouvez pour favoriser la décomposition des plus grosses.

Plantez des bulbes

Indispensables, les bulbes qui colorent notre fin d’hiver et fêtent l’arrivée du printemps, se plantent maintenant. En effet, vous devez installer les petits bulbes qui se naturalisent, partout, en grandes masses tapissantes, par 100 minimum.
Les autres ont leur place en massifs de bisannuelles, de vivaces, d’arbustes et en bordure. Tous peuvent se cultiver en potées et jardinières.
Avant de commencer la plantation, différenciez les bulbes qu’on laisse en pleine terre et les tulipes horticoles, à sortir de terre après la floraison. Le plus simple, pour ces dernières, c’est de les planter avec des bisannuelles, que l’on arrache lorsqu’elles sont fanées : myosotis, violette, etc.…
À installer dans la pelouse, en sous-bois clairs, en massifs : les aconits d’hiver. En effet, les premiers s’épanouissent parfois sous le givre et la neige, souvent en grande colonie car ils se naturalisent facilement.
Les perce-neige prennent la suite. Ces fleurs du jardin se plaisent dans toutes les situations. Quelques semaines avant l’arrivée du printemps, la ronde des crocus s’éparpille au soleil. Il en existe de nombreuses variétés, à petites ou grandes fleurs.
A l’ombre, les cyclamens se multiplient au fil des ans. Puis arrivent les tulipes botaniques, les muscaris.
De mars à mai, juchées sur des tiges bien droites, les fleurs des narcisses, en couronnes, en coupes ou en trompettes, colonisent vite prairies et sous-bois pour former d’imposants bataillons. Miniatures ou de grandes tailles, ils nous séduisent et s’installent pour la vie entière en créant une symphonie printanière.
Pour la plantation des bulbes : le sol doit être drainé, pour qu’ils ne pourrissent pas lorsque l’hiver est très humide. Pour le côté pratique, ne paniquez pas en vous demandant à quelle profondeur les planter. À vue de nez, placez-les dans un trou qui mesure de deux à trois fois leur grosseur. Espacez-les de même afin qu’ils aient la place de se multiplier. En fin de printemps, attendez que le feuillage jaunisse avant de le couper ou de le tondre. Pour la plantation en potée, mettez-les dans un substrat composé de 2/3 terreau et 1/3 sable.
Taille : Élaguez les arbres lorsqu’ils font trop d’ombre ou se penchent un peu trop sur votre maison. Si vos olives sont mûres et tombent, il est temps de les cueillir.

“Attention : il ne faut pas tailler les arbustes à floraison printanière : forsythias, groseilliers à fleurs, lilas …”

Du côté de la lune, rappel de base

Vus de la terre, les mouvements de la Lune obéissent à 2 cycles simultanés : phases lunaires et hauteur de la Lune.

Phases lunaires :
Lune croissante : de la nouvelle lune à la pleine lune (meilleure croissance, récoltes plus abondantes, moins de maladies).
Lune décroissante : de la pleine lune et la nouvelle lune (renforcement des saveurs, des parfums et des couleurs).

Hauteur de la Lune :
Lune montante : quand elle apparaît de plus en plus haut sur l’horizon (semis, greffes, récoltes des parties aériennes).
Lune descendante : quand elle apparaît de plus en plus bas sur l’horizon (plantations, récolte des racines, amélioration du sol, taille et boutures).

Open post
art topiaire jardin extérieur

Art topiaire : nos conseils pour embellir votre extérieur

A l’automne, le changement de couleurs et les feuilles qui tombent sont le moment idéal pour vous occuper de vos arbustes. Que ce soit en haie, en massif ou en isolé il faut réaliser une taille avant les premières gelées de l’hiver. Elle vous permettra de rééquilibrer la forme de votre arbuste mais aussi d’améliorer la floraison au printemps. Outre les tailles classiques, il existe également la taille topiaire qui est devenue un art véritable.

Un peu d’histoire

Les premiers jardins topiaires sont apparus chez les Romains. Les jardins étaient au départ décorés avec des statues et sculptures en marbre, c’est ce qu’ont cherché à imiter les jardiniers de l’époque et qui a permis de développer de nombreuses techniques de taille artistique. Elles ont aussi créé de véritables sculptures végétales prenant des formes géométriques, animales et bien d’autres …

Durant le Moyen-Âge, la sculpture des végétaux s’est perdue ; il a fallu attendre la Renaissance pour qu’elle soit remise au goût du jour. Que ce soit dans les parcs ou les jardins, on la retrouve partout. C’est ce qui permettra aux jardins français de devenir emblématiques et marquants comme le château de Versailles, connu dans le monde entier.

Toujours tendance de nos jours, il permet aux paysagistes d’apporter de la fantaisie aux jardins.

Que faut-il savoir ?

Pour réaliser la taille de vos arbres ou arbustes, il est préférable de le faire en automne ou au printemps. Afin d’éviter les problèmes liés au climat.

L’arbuste le plus utilisé pour réaliser la taille topiaire est le Buis. Avec ses petites feuilles robustes et compactes, il fait partie des arbustes au feuillage persistant. Il est donc totalement adapté à la taille. Malgré qu’il soit l’arbuste le plus couramment utilisé, nous trouvons également le Chèvrefeuille arbustif, l’If, le Troène et bien d’autres.

Pour ce qui est du matériel à utiliser, le choix des outils dépend de la nature de votre arbre ou arbuste et de ce que vous souhaitez mettre en valeur. Mais vous pouvez utiliser les indispensables que sont la cisaille, le taille-haie et le sécateur. N’oubliez pas de bien nettoyer vos outils entre chaque plante pour éviter d’éventuelles transmissions de maladies.

Nos conseils pour commencer

Si vous souhaitez réaliser une taille topiaire dans votre jardin, nous vous recommandons de commencer sur un Buis. Avec son feuillage dense et compact, il résiste parfaitement aux tailles répétées. Prenez un arbuste de préférence aussi haut que large.

La forme la plus simple à réaliser pour commencer est en « rond ». Il existe deux techniques pour cette taille : à l’œil ou avec un gabarit.

Nous vous conseillons de commencer par utiliser un gabarit. Cela vous permet de garder une forme bien ronde sans créer de trou involontaire dans votre arbuste. Vous pourrez en trouver de toutes les formes, tailles ou matières (acier ou plastique). Pour commencer, placez votre gabarit au centre de votre arbuste. Taillez tout ce qui dépasse du gabarit en partant du haut. Descendez vers le bas le long du gabarit. Répétez cette opération tout autour de votre future sphère. Enlevez votre gabarit et admirez votre arbuste taillé en « rond ».

Si vous souhaitez le faire sans gabarit, commencez par tailler le haut de votre arbuste en réalisant un arrondi qui tire vers le bas. Prenez régulièrement de la distance de manière à bien visualiser l’avancée de votre sphère. Une fois que votre haut d’arbuste vous semble bien rond, passez au bas. Réalisez le même processus qu’auparavant mais en allant vers le haut cette fois-ci. Terminez par le milieu de votre arbuste qui, à cette étape, est déjà presque une sphère. Finir par le milieu vous permet ainsi de rattraper les éventuels loupés de taille et de faire se rejoindre le haut et le bas. Prenez à nouveau de la distance pour voir si tout est bien au même niveau et si votre sphère est bien ronde.

Vous n’avez plus qu’à profiter pleinement de votre sculpture végétale dans votre jardin !

Open post

Les arbustes persistants d’Automne

Les arbustes persistants composent souvent les haies et les massifs. En plus d’être décoratifs, ils sont d’excellents moyens naturel pour limiter le vis-à-vis avec votre voisinage. Ce sont des arbustes faciles d’entretien qui ne nécessitent que très peu de taille. Pour apporter un peu de couleurs à votre jardin tout au long de l’année, nous vous avons sélectionné un trio de choc.

L’Abélia

De petite taille, cet arbuste est tout en finesse avec un feuillage buissonnant et compact. Il atteint généralement entre 1 m et 2 m. Il se taille facilement et peut donc être placé dans une haie, un massif fleuri ou en isolé. Privilégiez un espace ensoleillé ou mi-ombragé pour cet arbuste.

Il arbore des tons verts tout au long de l’année sauf en automne où son feuillage peu prendre une couleur cuivrée ou pourpre. Certaines variétés ont un feuillage jaune  marbré dès le printemps.

Ses fleurs blanches ou roses en forme de trompette, apportent une touche de romantisme à votre jardin tout au long de l’été. Ses fleurs attirent beaucoup d’insectes, c’est un arbuste favorable à la biodiversité.

La Phillyrea 

Le Phillyrea ou le Taradéou comme il est appelé en Provence est un arbuste de petite taille pouvant atteindre au maximum 4 m de haut. Il se plait dans un milieu ensoleillé à mi-ombre et se plante au printemps ou en automne.

Son feuillage vert foncé et ses petites drupes noires rappellent à s’y méprendre à l’olivier. Attention ses fruits ne sont pas comestibles pour l’homme mais font le bonheur des oiseaux.

Très robuste, il peut résister à des températures à -28°C mais également au vent et à la sécheresse. Il est donc un indispensable des jardins côtiers puisqu’il peut servir de coupe-vent naturel.

Il résiste également très bien à la taille, ce qui en fait un arbuste régulièrement utilisé dans la sculpture topiaire tout comme le buis. Néanmoins, il n’est pas nécessaire de le tailler trop régulièrement puisque c’est un arbuste à croissance lente.

Loropetalum 

Il possède un magnifique feuillage pourpre ce qui fait de lui le plus décoratif. Cet arbuste peut résister à des températures très basses s’il est dans un espace protégé (à l’abris du vent par exemple).

Sa floraison originale a lieu en février-mars et apporte des touches de couleurs blanche, roses, rouges à votre jardin sur la fin de l’hiver et le début du printemps. Ses fleurs sont particulièrement appréciées des abeilles et des papillons pour leur pollen et nectar.

Conseils pour les soins

  • Taillez 1 fois par an, pour éviter de gêner ses congénères,
  • Donnez un peu d’engrais à la terre pour stimuler la pousse,
  • Le paillage et l’utilisation d’un voile d’hivernage peuvent être nécessaires pour une longue période de gel.

Retrouvez également ces arbustes sur « Mon Jardin par Delbard », notre outil de simulation de jardin en ligne, rapide et gratuit. Cliquez ici pour l’utiliser.

Open post

Le figuier

FIGUEPlantez le parfum du Sud…FIGUE

Avoir un figuier au nord de la Loire c’est possible, si vous le plantez bien à l’abri de votre maison.

Le figuier n’est pas réservé uniquement aux jardins du Sud.

Les premières années, par précaution, vous lierez les branches ensemble et entourerez la ramure avec un voile d ‘hivernage.

Les figuiers, généreux et à l’aise dans tous les jardins !
ampoule

Le Saviez-Vous ?

Grand amateur de figues, Louis XIV fit planter une figueraie de plus de 700 arbres au Potager du Roy. Déjà cultivé par les Sumériens, le figuier est souvent cité dans les récits bibliques et mythologiques.

histoire

Un arbre mythique

Le figuier est sans conteste un des plus beaux arbres fruitiers, avec son feuillage ample, découpé et vert brillant, qui se déploie tard au printemps et se teinte d’or avant de chuter en automne. Ses nombreux fruits mûrs sont tout aussi décoratifs lorsque le soleil les teinte de vert tendre, de jaune beurre, de pourpre, de violet ou de noir. Leur rondeur et leur souplesse sont un appel irrésistible à la gourmandise et leur chair sucrée, chaude et mielleuse se fait fine confiserie. Fruits de santé, fruits de sportifs, on aime les figues juste cueillies sur l’arbre, mais aussi en entrée et dans des plats ‘sucré-salé’, des confitures parfumées, ou simplement séchés pour ensoleiller les papilles en hiver.

On le croyait réservé au paysage méditerranéen, mais en réalité, avec l’engouement pour le jardin nourricier, et l’envie de combiner les plaisirs, le figuier trouve sa place dans toutes les régions.

pouce

Un figuier pour chacun

La passion de quelques professionnels a permis un large choix de variétés adaptées à tous les palais, les climats et les espaces. On peut même les cultiver en pot, prenant ses quartiers d’hiver à l’intérieur en région froide. Le figuier permet de créer des ambiances très diverses, invitant au voyage vers le sud ou plus loin encore… Un figuier ‘bonsaï’ peut créer la surprise sur un petit balcon offrant le contraste de ses grandes feuilles sur une silhouette miniature. Ce large feuillage est d’ailleurs très utile pour sa qualité d’ombrage qui sait se faire oublier en hiver quand la lumière est appréciée. Dans un décor réduit, l’arbre peut se montrer discret lorsqu’on l’utilise de manière originale, palissé contre un mur.

sourire  Peu exigeant  sourire

Si on ajoute à tout ça que le figuier est un arbre peu exigeant, jamais malade, demandant peu de soins, résistant à la sécheresse, renaissant de sa souche après un grand froid…et que sa grande longévité (près de 300 ans) va lui permettre d’accompagner la famille sur plusieurs générations, on peut dire que l’essayer, c’est l’adopter pour longtemps !

Open post

Pensée, la plante du mois d’Octobre

pensées-jardin-fleurs-automne-octobre-plantation-conseils-blog-delbardLes penséespensées-jardin-fleurs-automne-octobre-plantation-conseils-blog-delbard

Les pensées : une floraison abondante en automne!

Tout change très vite dans le jardin en octobre. Les arbres perdent leurs feuilles et les plantes fleuries d’été et plantes vivaces arrivent en fin de floraison. Mais c’est sans compter les pensées. Ces dernières se sentent très bien lorsque la température est plus basse et fleurissent alors abondamment jusqu’à l’arrivée de l’hiver.

Et après? Ensuite, elles continuent joyeusement de fleurir. Les pensées ne se laissent pas impressionner par les intempéries mais mettent au contraire de la couleur et de l’ambiance pendant les journées parfois sombre de l’automne et de l’hiver.

La pensée: floraison persistante et plaisir redoublé!

Ce n’est pas un hasard si la pensée d’automne est l’une des plantes les plus utilisées dans le jardin. En pleine terre, en bacs ou en pots sur le balcon ou la terrasse, la pensée fleurit partout durant des mois. Un peu moins en hiver lorsqu’il fait très froid mais de nouveau en abondance dès le printemps. En plus, les pensées sont très variées et peuvent vous créer un jardin vraiment différent des autres. Les pensées avec des yeux, des tâches ou des dessins de visages accentuent parfois les contrastes dans la fleur. Il en existe à grandes et à petites fleurs, ainsi que de plus en plus de variétés à fleurs doubles. Il existe même des pensées retombantes magnifiques dans une coupe ou au mur dans un sac. De jolis noms tels que Géantes Hollandaises, d’Aalsmeer ou Suisse sont célèbres chez les pensées à grandes fleurs et la Viola Cornuta est très populaire chez celles à petites fleurs.

Associer mes pensées !

Il y a un vaste choix pour fleurir le jardin de pensées en octobre. Les plantes se combinent parfaitement avec d’autres plantes d’automne telles que Calluna, Gaultheria ou Skimmia. Et au printemps, la fête est complète dans le jardin si vous plantez des bulbes à fleurs en plusieurs couches entre les pensées. Les pensées plantées dans le jardin en octobre fleuriront alors en même temps que les bulbes de printemps, provoquant une véritable explosion de fleurs. Le plaisir est double!

Les soins à apporter à la pensée

Une pensée est particulièrement facile à soigner. Qu’elle soit en pleine terre, dans un bac ou un pot, elle fleurira en fait partout!
Il suffit de suivre quelques conseils pratiques pour que la pensée reste dans une forme optimale. Il est important de lui donner un emplacement semi-ombragé à ensoleillé. Planter la plante dans un terreau fertile et l’arroser régulièrement.
Lorsque la température est supérieure à zéro, la pensée continue de croître et de fleurir et a alors besoin d’un peu d’engrais deux fois par mois pour stimuler sa floraison. Retirer les fleurs fanées contribuera également à une floraison plus abondante. Après la floraison, les pensées peuvent être remplacées par de magnifiques plantes annuelles d’été.

Open post
Travaux automne jardinages conseils plantation entretien agrumes fruitiers gazon bulbes vicaces plantes Blog Delbard

Les travaux du jardin en Octobre

Retrouvez ici tous nos conseils pour les travaux à réaliser en Octobre. Que vous ayez un jardin, une terrasse, un balcon ou des plantes d’intérieur … Découvrez toutes nos astuces pour entretenir correctement vos végétaux !

Retrouvez également l’ensemble de nos articles sur les végétaux en cliquant ici : https://leblogdelbard.fr/vegetaux-exterieur/

Plantes vivaces et annuelles

C’est le bon moment pour planter les plantes vivaces et aussi diviser les touffes trop denses. Coupez les plantes vivaces défleuries comme les asters, marguerites, valérianes…
Désherbez manuellement et nettoyez les massifs de plantes annuelles (pétunias, pélargoniums, verveines, œillets d’Inde…) pour les plantations de bulbes avec les pensées.
Ne pas oublier d’arroser à la fin de la plantation (même si la pluie est annoncée). Dans les régions à hivers rigoureux, il est recommandé de pailler les jeunes plantations.

Les Bulbes du jardin

Dès les premières gelées, arrachez les bulbes à floraison estivale (dahlias, glaïeuls, bégonias…) et stockez-les dans un local frais et hors gel.
Plantez également les bulbes à floraison printanière (tulipes, narcisses, crocus, jacinthes…). N’hésitez pas aussi d’en placer dans vos jardinières d’automne lors des plantations de pensées.

Les Arbustes d’ornements et de haies

Plantez les arbustes de terre de bruyère (camélias, rhododendrons, hortensias, piéris….).
Préparez le terrain pour accueillir les arbustes de votre future haie fleurie ou composée d’arbustes à feuillage persistant (laurier cerise, elaeagnus, oranger du Mexique).
Taillez aussi les arbustes à floraison estivale : buddleia, perovskia, weigelia…
Dès les premières gelées : rentrez les arbustes gélifs (agrumes, lauriers-roses, bougainvillées…) ou protégez-les avec un voile d’hivernage.
N’oubliez pas d’arroser vos plantes à la fin de la plantation (même si la pluie est annoncée). Dans les régions à hivers rigoureux, il est recommandé de pailler les jeunes plantations.

Les Rosiers dans le jardin

C’est aussi le bon moment pour commencer la plantation des rosiers. Les rosiers sont peu exigeants, cependant, pour fleurir généreusement, ils demandent une exposition ensoleillée et une bonne terre de jardin riche et fertile. Préparez le terrain où ils seront installés : bêchez et incorporez du terreau et du fumier en poudre dans le trou de plantation ; si la terre est trop lourde, ajoutez un amendement et paillez avec un les écorces de pin Delbard ou paillis de lin.

Si vous souhaitez planter des rosiers à un endroit où il y en a déjà eu, remplacez la terre sur au moins une profondeur de 50 cm et rapportez une bonne terre de jardin additionnée d’une fumure organique. Continuez à supprimer les fleurs fanées et ramassez les feuilles tombées au sol. Brûlez ou jetez ces feuilles (pas sur le tas de compost). Coupez les dernières fleurs et faites de jolis bouquets.

A la fin du mois, commencez également la taille d’automne sur tous les rosiers : rabattez de moitié toutes les branches et enlevez le bois mort et malade. N’oubliez pas de nettoyer les rosiers tiges et pleureurs. Vérifiez les attaches qui relient le tronc au tuteur.
Nettoyez les rosiers grimpants : ôtez le bois mort mais aussi les fleurs fanées et attachez les tiges.
Ne placez pas les déchets végétaux de vos rosiers dans le composteur et ne les broyez pas : ils sont vecteurs de maladies.

Le Gazon

Ramassez les feuilles mortes sur la pelouse. Vous pouvez aussi effectuer les dernières tontes du jardin.

Les Fruitiers du jardin

Plantez des arbres fruitiers et récoltez les derniers fruits (pommes, coings,…). Éliminez tous les fruits tombés sur le sol et restés dans l’arbre. Cela évitera de transmettre des maladies aux futurs bourgeons de l’an prochain. Badigeonnez les troncs avec du blanc arboricole. Évitez de composter les feuilles de fruitiers souvent porteuses de maladies, par contre, dans vos massifs, il ne faut surtout pas enlever les feuilles mortes. Au contraire, n’hésitez pas à en rajouter une bonne épaisseur partout pouvant aller jusqu’à 10 cm de hauteur : un excellent isolant qui permet aux insectes utiles de survivre et le tout se transforme progressivement en compost.

Retrouvez ici notre article pour apprendre à conserver vos fruits d’Automne : https://leblogdelbard.fr/fruits-automne-conservation-cuisine/

Le Potager

Récoltez les dernières tomates vertes et les placer à mûrir dans la maison. Récoltez toutes les courges et courgettes. En cas d’arrivée des premiers froids, mettez les salades d’hiver sous un voile de protection. Nettoyez les rangs de légumes d’hiver (betteraves, carottes, navets). Profitez des jours courts pour désinfecter les tuteurs et les pots de semis inutilisés. Semez les salades d’hiver, mâche et épinards !

Open post

Les bons gestes Delbard pour la Rentrée

Si votre absence estivale au jardin a été longue ou la chaleur l’a mis à mal, rien de grave : quelques gestes simples pour que votre jardin vous gratifie d’une superbe floraison cet automne !
Les pluies de cette fin août vont revigorer vos vivaces, arbustes et arbres installés depuis moins d’un an. Si certaines fleurs d’été sont endommagées, remplacez-les par des pensées ou des marguerites d’automne.

Conseils pour les floraisons dégradées : taillez tout ce qui est abîmé, cassé, desséché ou malade à l’aide d’un sécateur et raccourcissez les tiges défleuries ! Pour certaines vivaces comme les penstemons ou coreopsis, de jeunes pousses latérales naissent plus bas : coupez juste au-dessus !
Prenez votre cisaille pour rendre plus touffues vos plants d’érigeron, sauges, rudbeckias pour stimuler la repousse : arrosez bien en apportant un peu d’engrais organique au pied à chaque arrosage.

Tuteurez les plants qui ont versé cet été comme les bleuets ou cosmos.

Un gazon qui crie au secours !

Par temps sec, votre gazon a jauni et ont proliféré des herbes indésirables ! Après avoir arasé les tas de terre de taupinière, coupez le gazon au-dessus de 10 cm, ramassez les déchets et arrachez les mauvaises herbes après les premières pluies en extirpant du mieux possible les racines. Vous scarifierez le sol (passez les dents d’un râteau ou un scarificateur pour casser la croûte de votre terre), les bonnes graminées vont reverdir et vous réensemencerez les petites surfaces vides avec un gazon regarnissage dont la levée est rapide si l’arrosage est régulier.

Faites refleurir vos rosiers !

Supprimiez les roses fanées, une à une ou bien supprimez les bouquets de fleurs fanées des rosiers à fleurs groupées, éliminez les feuilles sèches et ratissez celles déjà tombées porteuses de maladies et pulvérisez si possible un fongicide biologique (soufre, bouille bordelaise…en respectant les dose d’emploi inscrites sur l’emballage). Arrosez bien vos rosiers qui, dès le retour des pluies, vont déclencher naturellement une nouvelle floraison pour un bel été indien.

Conifères : une bonne douche  nécessaire !

Les conifères sont sensibles aux acariens repérables à la présence de toile d’araignées : la pression du jet limite leur prolifération et les arrosages réguliers stimuleront votre conifère. Si les attaques d’acariens persistent, la pulvérisation d’un acaricide biologique à base d’huile minérale sera nécessaire.

Pour les arbustes feuillus desséchés, un plus de généreux arrosages, raccourcissez les branches d’un tiers et en attendant que de nouvelles pousses se forment plus bas, un engrais cet automne sera apporté.

Grimpantes à rediriger !

Affûtez vos sécateurs pour supprimer les fleurs fanées des rosiers grimpants et clématites. Attachez les pousses de l’été sur leurs supports pour les rediriger. Raccourcissez les vignes vierges pour éviter que les tiges se faufilent sous les tuiles.

Dahlias prêt à refleurir !     

Eliminez toutes les fleurs flétries des dahlias, bégonias et cannas pour stimuler la formation de nouveaux boutons pour ce début d’automne avant les gelées ! Un tuyau microporeux est excellent et complétez le tuteurage des grands dahlias.

Des bordures à nettoyer ?

Affûtez votre cisaille pour couper les tiges fleuries des lavandes, des santolines pour ne garder qu’un tiers des tiges. Coupez les feuilles les plus hautes des géraniums vivaces et rasez les œillets. Arrosez bien et tranchez les bords avec une dresse-bordure pour un bel effet linéaire !

Et vos jardinières, que faire ?

Raccourcissez les tiges pour supprimer graines, fleurs fanées et feuilles jaunes. Si votre composition est devenue très dense, aérez-la en supprimant les plantes faibles pour donner l’ai aux autres. Poursuivez les apports d’engrais jusqu’à fin septembre !

Si vous plongez vos potées fleuries un quart d’heure dans l’eau, sans signe de reprise les semaine suivante, il faudra renouveler les plantes souffrantes. Attention ! Lavez et désinfectez vos pots pour réinstaller de nouveaux végétaux dans un terreau neuf. 

Et au verger quoi de neuf ?

Mises à part que les récoltes de pommes, poires et raisins battent leur plein, n’oubliez pas de nettoyer le sol des locaux qui les stockeront et aérer : nettoyez les rayonnages, clayettes et caisses à l’eau javellisée et laissez bien sécher avant d’entreposer vos récoltes.

Palissez à nouveau les flèches des arbres formés notamment les doubles U ou cordons et couper à 3 yeux toutes les nouvelles pousses.

Et votre chien sera à nouveau seul au jardin !

Attention à la déprime qui le guette ! Cet été, il a goûté aux joies de s’amuser avec son maître tout le temps avec lui et surtout disponible pour lui car vous étiez en vacances ! Seulement voilà, c’est la rentrée pour lui aussi et le sentiment d’abandon peut être mal perçu car trop brutal : cela va générer un gros sentiment d’anxiété ! Pleins symptômes de ce blues de rentrée peuvent se déclencher : petit pipi, quelques objets lacérés, grignotage des pieds de table et des hurlements pendant des heures…

Comment réagir ?  Vous compenserez votre absence durant la journée et étant proche de lui dès votre retour du travail : un extra de câlins, de marques d’attentions diverses, de stimulation par le jeu…pour lui faire réaliser qu’il n’est pas seul au monde ! Si cela est trop dur, lorsque vous quittez la maison, laisser la radio en sourdine car le fait d’entendre des voix humaines aura un effet apaisant sur votre chien.

En fin, n’oubliez pas non plus de lui donner quelques jouets et un os à ronger (nerf de bœuf).

Open post
Mâche-delbard

La mâche : une culture facile et des rosettes délicieuses !

Ses petites feuilles vert-foncées au goût délicat sont pleines de vitamines. Accueillez la mâche dès cette rentrée au potager ou en jardinière. Sa culture est un jeu d’enfant !

Peu de légumes sont gratifiés avec autant de petits noms régionaux et presque affectueux : doucette, blanchette, boursette, clairette, oreillette, pommette ou gallinette dans le Sud.
On distingue 2 types de mâche : les variétés dites d’automne (aux feuilles tendres, délicates, vert clair à récolter cet automne avant les fortes gelées) et celles d’hiver aux larges feuilles épaisses à la végétation dense très résistantes au froid.

Découvrez les variétés de mâche Delbard au sein de votre jardinerie

Etalez la période du semis

Semez directement en août une fois les orages arrivés (fin des canicules estivales) et poursuivez vos semis tous les 15 jours jusqu’en octobre dès que votre potager se libère en place disponible. Après chaque semis, comptez 6 à 8 semaines pour pouvoir récolter vos premières feuilles. Dès l’automne arrivé, semez exclusivement des variétés d’hiver hormis en climat doux.

Peu exigeant, un sol non préparé, même peu enrichi suffit aux mâches. Son seul ennemi les herbes indésirables. Pour faciliter la levée, laissez tremper pendant une nuit les graines dans un verre d’eau et maintenez une fois plantés une terre fraîche. Vous pouvez couvrir quelques jours avec une toile de jute. Certains paillent même les jeunes plants avec les tontes de gazon sèches.
Les semis en lignes distantes de 20 et 25 cm facilite l’entretien (désherbage , arrosage) et le binage.
En pleine terre, hâtez leur croissance ou prolongez la avec un voile d’hivernage ou un châssis. Et les jours doux, aérez vos semis. La mâche réclame une terre constamment fraîche donc, ne négligez pas l’arrosage et attention aux limaces !

Récoltez et savourez !

Quand les rosettes sont bien formées, coupez-les aux ciseaux à ras du sol juste au-dessus des racines : elles resteront ainsi bien entières. Si l’automne est doux et propice à la croissance de la mâche, n’hésitez pas à couper les feuilles au-dessus du collet afin que la planter puisse reformer des repousses. Consommez les feuilles dans la journée pour profiter de tous ses atouts vitaminés ! Elles peuvent toutes fois se conserver jusqu’à 3 jours dans le bac à légumes du réfrigérateur.

Passez-les rapidement sous l’eau froide et essorez-les délicatement.

Delbard vous conseille de les marier avec une sauce peu vinaigrée à base d’huile de noix ou de noisette et de la servir avec des carottes râpées, quelques tranches d’avocats, des cubes de betterave rouge et l’emmental.

Conclusion : semez régulièrement des mâches d’août à la fin septembre pour réaliser d’excellentes salades tout au long de l’hiver.

Quelques astuces Delbard

Pour 4 personnes, il faut : 

  • Un sachet de 15 g d’une variété précoce pour l’automne,
  • Un sachet de 5 g d’une autre variété rustique au froid pour récolter l’hiver.

Avec qui l’associer au potager ?

La mâche apprécie beaucoup le voisinage des oignons et des poireaux. Elle se plaît entre les rangs de choux et de carottes.

Nos variétés phares :

  • La mâche à grosse graine : grandes feuilles allongées, vert clair, tendres et savoureuses. Très productive mais sensible aux gelées. A semer tôt (fin août) pour récolter avant l’hiver.
  • Verte de Cambrai : rosettes dressées à larges feuilles arrondies, vert foncé. Excellent goût, bon rendement, résistance au froid et à la pourriture. Idéale pour vos récoltes d’automne, d’hiver et de début de printemps.
  • Coquille de Louviers : petites feuilles incurvées vert foncé formant des rosettes bien fournies. Rendement moyen mais bien meilleure en goût. Très rustique pour des récoltes de l’automne au printemps.
Open post

La lavande : récolte et utilisation

Avec leur feuillage persistant et leur floraison parfumée, les lavandes évoquent mes charmes des jardins méditerranéens. Robustes, souvent plus rustiques qu’on ne le pense, elles n’exigent qu’une taille annuelle pour garder toujours bel aspect. C’est le moment de tailler ses lavandes et des lavandes bien taillées se dégarnissent. Après la floraison des lavandes, il faut les tailler soigneusement afin de leur donner un aspect net. La récolte des tiges florales doit se faire par temps sec de juillet à fin août selon le climat et la variété.

Attention toutefois : selon le niveau de coupe, la touffe se dégarnira plus ou moins vite. Il convient en effet de couper non pas à la base des brins mais en dessous. Raccourcissez les pousses de l’année à la moitié. Les tiges se ramifieront avant la fin de la saison et la boule sera ainsi plus dense.

Réservez cette méthode en priorité aux jeunes sujets, plantés depuis moins de trois ans, et ce durant toute leur vie. N’espérez rien de concluant sur les sujets plus âgés. En effet, lorsque la base du pied de lavande a commencé à se dégarnir, il est trop tard. Si votre plantation est en ligne, recreusez un trou qui pourra accueillir un nouveau plant.

Confectionnez un bouquet de lavande

N’attendez pas la fanaison de la lavande avant d’en couper les tiges, surtout si vous souhaitez en confectionner un bouquet odorant … Le résultat sera meilleur.

1. Réunissez toutes les tiges en une seule gerbe, en liant avec du raphia ou cordelette. Serrez fort afin de confectionner des bouquets. Positionnez le nœud à 20 cm de la base des tiges.

2. A la cisaille, coupez à la base du bouquet. Coupez même plus bas, dans les pousses de l’année, afin d’éviter que la lavande ne monte trop en tige. Vous retaillerez ensuite la base du bouquet.

3. Suspendez le bouquet ainsi obtenu avec la tête en bas. Il doit être au sec et à l’abri de la lumière si possible (ou directement dans vos armoires).

Réalisez de petits sachets de lavande

Faîtes sécher la lavande en bouquets dans un endroit frais et aéré, de préférence à l’ombre. Egrener la lavande en passant les épis entre vos doigts. Mettez les grains à l’abri de la lumière, dans des pots en verre, pour les conserver plus longtemps. Pour confectionner les petits sachets, découpez un carré de 28 x 28 cm dans un morceau de tissu en coton. Remplissez-le au centre de grains de lavande séchée et pliez-le tissu en rejoignant les pointes du carré ensemble pour créer un pochon fermé avec une cordelette ou un ruban.

Pour la salle de bain, ramassez des grains de lavande dans un verre que vous placerez une étagère.

Rappel : l’odeur de la lavande éloigne les mites et les moustiques

Savon et sucre parfumés

Les Anglais mélange le sucre avec de la lavande, le laissent macérer dans des pots en verre et le servent pour sucrer le thé.

Si, en revanche, vous préférez reproduire du savon aux parfums du Midi de la France, faites fondre au bain-marie du savon pur à la glycérine. Ajoutez ensuite 2 à 3 gouttes d’huile essentielle de lavande, du colorant violet ou des grains de lavande. Versez le mélange dans des moules recouverts de cellophane et laisse-le durcir.

L’huile balsamique

Laissez macérer dans une bouteille de verre au soleil, pendant 10 jours, une poignée de fleurs de lavande séchées et un demi-litre d’huile d’olive. Filtrez le tout ensuite et versez quelques gouttes sur un morceau de sucre pour redonner l’appétit. Cette huile peut aussi servir pour des massages relaxants.

Des fleurs pour le bain par excellence

N’hésitez pas à ajouter 2 ou 3 poignées de fleurs fraîches ou sèches dans un bain très chaud.

Beaucoup d’autres produits déco et parfumés peuvent aussi être réalisés avec des lavandes : des cœurs romantiques avec de la mousse de fleuriste, des épis de blé naturels ou peints en bleu, des boules de lavande et la couronne si vous êtes créatif avec du gypsophile.

Côté gourmandise : réalisez une crème brûlée à la lavande !

Pour 6/8 personnes – Préparation 15 minutes – Cuisson ¾ d’heure.
Ingrédients : 50cl de lait, 15 cl de crème fraîche, 4 œufs, 5 g de fleurs de lavande fine, 60 g de sucre.
Faîtes préchauffer le four à 150°C

  • Portez à ébullition le lait avec les fleurs de lavande. Filtrez et ajoutez la crème au lait en mélangeant vigoureusement.
  • Battez les œufs et le sucre puis, avec un fouet, incorporez petit à petit ce mélange au lait.
  • Versez dans des ramequins et enfournez.
  • Décorez avec des fleurs ou des brins de lavande avant de servir !

Pour créer une ambiance vraiment méditerranéenne dans votre jardin, associez-la avec l’armoise, le ciste, le romarin, la sauge et le thym ainsi qu’avec des graminées comme mélique ou stipa. Paillez le tout en utilisant des graviers blancs ou des copeaux d’ardoise”

Pour un jardin romantique, essayez d’associer les lavandes avec vos rosiers car elles tiennent à distance les pucerons des rosiers. Complétez cette association avec de grandes campanules, de géraniums vivaces ou de sauges.

Pour un jardin contemporain, la lavande réchauffe les ensembles de buis taillés et d’autres arbustes à feuillage persistant. Leurs meilleures compagnes en vivaces sont les achillées millefeuilles, les euphorbes de Corse, les hysopes, les iris du jardin, le perovskia, le romarin, le sedum.

Enfin pour votre terrasse ou balcon, la lavande se comporte bien dans de larges bacs pour étoffer la base d’un olivier ou d’un citronnier ou encore elle se plait en jardinière associée à des petits œillets, de la saponaire et de la ciboulette.

Alors plantez des lavandes qui ont leur place partout dans les jardins. En effet, elles connaissent la sécheresse où elles poussent rapidement et abondamment (élégante et romantique).

Un peu de botanique Delbard

Lavande ou lavandin ? Le lavandin est le résultat d’un croisement naturel entre la lavande (Angustifolia), petite plante trapue aux tiges courtes qui pousse en montagne entre 600 et 2000 mètres d’altitude, et la lavande des garrigues (latifolia), aux maigres touffes surmontées de longues tiges. Le lavandin se reconnaît à ses longues tiges porteuses de belles inflorescences et à son gros développement. Il est souvent étiqueté Lavandula X ‘Grosso’ ou Lavandula X ‘Dutch.

Retrouvez ici un article complet sur la lavande et sa culture !

Posts navigation

1 2 3 4 5 12 13 14
Scroll to top