Open post

Les mûriers

   mures

Tout savoir sur ce fruit noir !

Les mûres appartiennent à la famille des Ericacées et sont rustiques jusqu’à – 25°C ; elles peuvent être plantées jusqu’à une altitude de 600 m.

Elles demandent des sols, profonds, bien drainés et riches en matières organiques. Elles doivent être plantées à une exposition ensoleillée. La récolte s’effectue de début juillet à mi-août ou alors de début août à mi-septembre (en fonction de votre localisation). Elles émettent des tiges sarmenteuses de 2 à 5 mètres.

outils

Quand Planter ?

Les mûres sont vendues en conteneur ce qui permet de les planter pratiquement toute l’année hormis les périodes de fortes gelées, de fortes pluies et les 2 mois d’été, juillet et août.

Ne pas planter lorsque le sol est détrempé ou gelé.

ampoule

Comment Planter ?

Préparation du sol :

De la préparation du sol dépend l’avenir de vos plantations. Ce travail doit être réalisé si possible 2 à 3 semaines avant la plantation. Faites, au minimum, un trou de 0.60 m en tous sens.

Conservez la bonne terre végétale (celle de surface) et remplacez celle de fond par un mélange de terreau, de fumier décomposé et de corne torréfiée .

Plantation :

Juste avant la plantation, trempez la plante dans un seau d’eau avec le conteneur pendant ¼ d’heure environ.

Laissez égoutter avant de retirer le pot. Placez la motte dans le trou, sa partie supérieure doit être légèrement enterrée (1 ou 2 cm).

Comblez le trou avec de la terre végétale bien émiettée jusqu’à ce que la motte soit entièrement recouverte. Tassez autour de la motte. Arrosez copieusement même si il pleut (1 arrosoir de 10 litres).

Distance de Plantation :

3 à 4 mètres entre chaque plant.

sécateurs

Comment Tailler ?

Taille à la plantation :

Ne pratiquez aucune taille à la plantation.

Tailles d’entretien :

A la fin des récoltes, toutes les tiges ayant fructifié sont coupées à leur point de naissance.

 medic

Comment Soigner ?

Même dans les sols riches, l’apport de matières fertilisantes est une nécessité pour les mûres.

A partir du 2ème automne de plantation, et en alternance un automne sur deux, incorporez par un léger bêchage du compost ou un mélange de terreau et de fumier en poudre.

L’automne où vous ne faites pas d’apports organiques, enfouissez un engrais spécial petits fruits.

Traitements contre les insectes et maladies.

Les parasites et les maladies étant rares et peu préjudiciables, il n’est pas nécessaire d’envisager de traitement pour cette espèce.

Open post

Récolte et conservation des fruits d’automne

pomme kiwipoire

Pour les pommes et les poires, ne traitez ainsi que les variétés dites de conservation.

Cueillez les fruits dès qu’ils arrivent à maturité. Certains ne sont pas mûrs lorsque les gelées arrivent. Récoltez-les, entreposez-les : ils finiront de mûrir en caissette.

Ne cognez jamais les fruits à conserver, rangez-les dans des clayettes, les uns à côté des autres, sans qu’ils se touchent, puis mettez-les sur une table, dans un local sain, hors gel et bien ventilé.

Attendez les premières gelées pour récolter les kiwis, puis rangez-les en caissettes, à entreposer au cellier.

Tous les 3 ou 4 jours, au cours de l’hiver, allez faire votre ‘marché’ dans le local, où vous accueilleront mille parfums mêlés. Rapportez quelques fruits à consommer de suite, et profitez-en pour surveiller l’état sanitaire. Un fruit abîmé, un fruit jeté !

Ramassez noix, amandes, noisettes, sortez ces dernières de leur réceptacle, triez pour ôter les fruits véreux, puis étalez-les pour les faire sécher parfaitement. Ensuite, vous pouvez les conserver dans la maison, dans un compotier.

Collectez les châtaignes qui se sont échappées des bogues, puis écrasez les bogues pleines avec le pied pour faire jaillir les fruits, ou munissez-vous de gants très épais pour les sortir de leur cocon. A la maison, immergez-les dans un récipient rempli d’eau. Jetez celles qui flottent. Laissez les autres tremper pendant une semaine afin de détruire les insectes et leurs œufs, rincez-les puis séchez-les au soleil pendant plusieurs jours. Étalez-les sur des claies, en cellier frais et ventilé. Remuez régulièrement, pour les aérer.

Open post

Au verger en hiver

sécateurs rateau

Pour le bon état sanitaire de vos arbres fruitiers, nous vous recommandons, avant de traiter, de faire quelques soins préliminaires très importants.

Ramassez les feuilles mortes sous les arbres et brûlez ces dernières souvent porteuses de maladies.

Supprimez les fruits restés sur l’arbre car ils sont un foyer d’infection important, qui engendre souvent l’apparition de maladies la saison prochaine. Faites-les tomber en vous aidant d’un bâton.

Brossez l’écorce pour éliminer les mousses et lichens.

Cicatrisez les plaies de vos tailles avec un cicatrisant de type goudron de Norvège ou mastic.

Les jardineries vous proposent des traitements d’hiver qui permettent l’élimination de tous les parasites installés dans les creux de l’écorce des arbres. Ces travaux préliminaires et le traitement indiqué permettent à vos arbres de bien commencer l’année. Ils offrent aussi une végétation dans les meilleures conditions possibles et assurent une récolte abondante et saine.

Attention : Diluez-le soigneusement et n’augmentez pas les doses indiquées.

essuyant-outil-de-pulverisateur_318-68485

Faut-il ajouter par la suite une pulvérisation de bouillie bordelaise ?

Une bonne pulvérisation de bouillie bordelaise fin janvier, avant l’éclosion des premiers bourgeons, est efficace contre la tavelure, la cloque et le mildiou. Surtout si vous en avez réalisée une lors du dernier automne à la chute des feuilles.

Très efficace pour lutter aussi contre les parasites et les maladies, le blanc arboricole vendu dans vos jardineries vous permet de protéger vos fruitiers.

Open post

Les rosiers racines nues

N’oubliez pas de planter les rosiers à racines nues, jusqu’à mi-avril : le choix est vaste, beaucoup plus qu’en conteneur, et la reprise assurée si vous suivez nos conseils.

La réception, la conservation avant l’installation, le choix de l’endroit de plantation, l’espace à consacrer à chaque variété, la plantation elle-même, et le suivi : chaque étape est importante. Il ne faut en manquer aucune, alors suivez le guide !

colis

A la réception

Si vous ne pouvez les planter aussitôt (manque de temps, gel…), conservez les rosiers pendant quelques jours dans un local hors gel, mais non chauffé, en couvrant les racines de tourbe fraîche.

Si la plantation ne peut pas se faire avant 15 jours ou 3 semaines, mettez-les en jauge, dans un endroit abrité du jardin

ampoule

Où les planter ?

Installez-les au soleil, bien que certains supportent une ombre légère, surtout dans les régions à fort ensoleillement. Un minimum d’ensoleillement de 4h par jour est impératif.

Respectez les distances de plantation, suivant la taille adulte du rosier. Voici une moyenne.

  • Rosiers buissons : 0,40 à 0,50cm
  • Rosiers arbustes : 0,80 à 1m
  • Rosiers grimpants palissés : 2,50 à 3m.

Évitez de les planter trop près d’arbustes et d’arbres, sinon la concurrence avec les racines de ces végétaux modérera leur croissance et ils resteront chétifs.

Ne replantez pas un rosier là où il y avait déjà un rosier, ou alors changez la terre sur 50cm en tous sens.

planter

Comment les planter ?

Taillez légèrement les racines (habillez-les !), faites-les tremper toute une nuit dans un seau rempli de pralin. Préparez les trous de plantation, de 40 cm sur 40cm. Sortez la terre, ôtez cailloux et racines d’herbes, décompactez le fond. Ajoutez à la terre un engrais organo-minéral. Refermez soigneusement, en laissant le point de greffe à ras de terre. Tassez, arrosez. A l’arrivée du printemps, retaillez tous les rameaux des rosiers buissons et arbustifs au-dessus du 3ème œil ; rabattez de moitié chacune des branches des rosiers grimpants.

Et la suite…

La première année, arrosez chaque semaine, de mai à octobre. Coupez régulièrement les fleurs fanées.

Open post
Roses plantation bordures jardin maison idée Blog Delbard

Les roses, comment créer une bordure ?

Comment ne pas succomber au charme des roses ? Pour les amoureux de ces plantes, vous pouvez sublimer votre maison en optant pour les rosiers ‘Bordures’. En effet, ces plantes ne dépassent pas 60 cm de haut, et fleurissent en permanence, de mai aux gelées. Parfois, quelques fleurs se targuent même de fêter Noël ! Résistants aux maladies, ils sont faciles à vivre.

Peu de rosiers supportent la vie en pot, voici pourquoi ceux nommés ‘bordures’ ont un franc succès. Avec leurs petites fleurs groupées en bouquets lâches, ils font d’excellentes plantes pour les jardiniers des villes, de plus en plus nombreux. Les jardiniers des champs les plébiscitent, les utilisant de mille façons, aussi bien en pot qu’en pleine terre, en dentelle ou dans un massif.

Leur réputation de bonne santé, leur floribondité incroyable, en font des rosiers faciles à cultiver. Cependant, ce n’est pas une raison pour les négliger ! Voici quelques conseils de culture, à suivre si vous voulez qu’ils vous donnent le meilleur d’eux-mêmes !
Avant tout, il faut savoir que les rosiers aime le soleil. De plus, ces plantes adorent un sol profond, bien drainé, aéré, frais et enrichi d’un apport d’engrais organique. En effet, le sol parfait est un sol moyen, ce que l’on nomme « terre à blé ». Voici ce que vos rosiers détestent : les sols à l’humus pur trop présent, trop riches en azote, trop acides ou encore les sols imperméables ou trop calcaires.

Vos roses en pleine terre

Pour la plantation, coupez légèrement les racines, puis pralinez pendant une nuit. Faites un trou de 40cm en tous sens. En effet, il faut que les racines de votre rosier soient à l’aise : elles doivent s’étaler tout autour du trou. Plantez en enterrant le rosier jusqu’au point de greffe. Terminez en apportant la terre de jardin autour de la plante. Tassez bien. Rabattez toutes les branches de moitié. Arrosez. Des arrosages réguliers la première année de plantation d’avril à octobre sont indispensables, ainsi que pendant les périodes de fortes chaleurs les années suivantes. Attention : un arrosage profond une fois par semaine est parfait. Un arrosage superficiel et journalier ne sert à rien : le moindre souffle de vent, le plus petit rayon de soleil et l’eau s’évapore !
Pour qu’ils poussent avec vigueur ils ont besoin d’éléments nutritifs. A la plantation, puis en entretien, donnez-leur un engrais spécial rosiers. Un engrais organo-minéral à action progressive et soutenue.

Coupez les fleurs fanées très régulièrement.

Vos roses en pot

Un grand pot de 50 cm de diamètre, avec une épaisse couche de billes d’argile en fond, un substrat composé de terreau, de terre franche, d’un peu de sable et de fumier décomposé (on trouve un mélange tout préparé, spécial rosiers, dans le commerce). Voilà le contenant prêt à recevoir la plante. Ainsi pour la plantation, suivez les conseils précédents.

Ensuite, arrosez lorsque la terre est sèche, jamais avant. Surfacez chaque année, au printemps. Les rosiers en pot ne supportent aucune négligence. En février, raccourcissez chaque branche du tiers, en gardant un bel équilibre. Ainsi, vous ne devez surtout pas oublier l’essentiel : toujours au-dessus d’un œil qui part vers l’extérieur de la plante. En pots, les rosiers sont plus fragiles : protégez-les du grand froid, du trop grand soleil et surveillez bien l’apparition d’éventuels insectes ou maladies.



Astuce design végétal inspiration décoration Blog Delbard
Bouquet de Mariée®

Commençons par notre dernière création, dont nous sommes très fiers. Avec ses fleurs roses, groupées à la façon d’un bouquet, il pousse d’une façon très compacte.

Bordure Nacrée®

Petites roses doubles, très nombreuses et d’une couleur chair, ni rose, ni abricot, ni ivoire… Une merveille. Ainsi, vous pouvez l’associer avec des fleurs bleues, mauves ou violettes.

Bordure Rose®

Les fleurs, rose moyen, recouvrent entièrement un petit buisson à port rond. Ce petit rosier se marie bien avec les fleurs rose nacré, bleues et ivoire.

Bordure Abricot®

Les fleurs oscillent entre l’abricot, l’orange avec une pointe vermillon. Ainsi, vous pouvez l’associer à tous les tons de bleus et de jaunes.

Bordure Vive®

Il nous en met plein la vue, ce petit rosier aux fleurs éclatantes, rose vif virant sur le rouge, avec un cœur blanc.

Bordure Camaïeu®

Du rose, du jaune, de l’abricot, de l’ivoire, de l’orange : tout simplement magnifique ! Attention aux mariages : osez juste le jaune pâle, le blanc, le bleu ou le violet.

Bordure d’Or®

Un chaud et doux coloris jaune, tirant parfois sur l’ivoire. En effet, c’est un rosier de grande classe, à marier à des fleurs blanches pour l’élégance et la douceur, ou avec des bleus et des violets pour un contraste joyeux.

Bordure Magenta®

Avec ses fleurs rose foncé, c’est noyé dans du feuillage qu’il est le plus beau : placez-le devant un arbuste persistant.

Dominique Loiseau®

Avec ses corolles blanches, au cœur foisonnant d’étamines dorées, son parfum envoûtant, ce rosier exceptionnel mérite une place de choix.

Bordure Vermillon®

A associer à des fleurs jaunes, orange et bleues, où ses corolles rouge cuivre et rouge crème sur le revers seront magnifiques.

Open post

Bordure de roses !

 rose   Bordure de roses rose

Tout cela, c’est possible avec les rosiers ‘Bordures’. Ces plantes ne dépassent pas 60 cm de haut, et fleurissent en permanence, de mai aux gelées. Parfois, quelques fleurs se targuent même de fêter Noël ! Résistants aux maladies, ils sont faciles à vivre.

Peu de rosiers supportent la vie en pot, voici pourquoi ceux nommés ‘bordures’ ont un franc succès. Avec leurs petites fleurs groupées en bouquets lâches, ils font d’excellentes plantes pour les jardiniers des villes, de plus en plus nombreux. Les jardiniers des champs les plébiscitent, les utilisant de mille façons, aussi bien en pot qu’en pleine terre, en dentelle ou dans un massif.

Leur réputation de bonne santé, leur floribondité incroyable, en font des rosiers faciles à cultiver. Ce n’est pas une raison pour les négliger ! Voici quelques conseils de culture, à suivre si vous voulez qu’ils vous donnent le meilleur d’eux-mêmes !

Avant tout, sachez ce qu’aiment les rosiers : Le soleil.

Et un sol profond, bien drainé, aéré, frais, enrichi d’un apport d’engrais organique. Le sol parfait est un sol moyen, ce que l’on nomme « terre à blé ». Voici ce que vos rosiers détestent : les sols à l’humus pur trop présent, trop riches en azote, trop acides ou encore les sols imperméables ou trop calcaires.

 terre

EN PLEINE TERRE

Pour la plantation, coupez légèrement les racines, puis pralinez pendant une nuit. Faites un trou de 40cm en tous sens. Il faut que les racines de votre rosier soient à l’aise : elles doivent s’étaler tout autour du trou. Plantez en enterrant le rosier jusqu’au point de greffe. Terminez en apportant la terre de jardin autour de la plante. Tassez bien. Rabattez toutes les branches de moitié. Arrosez. Des arrosages réguliers la première année de plantation d’avril à octobre sont indispensables, ainsi que pendant les périodes de fortes chaleurs les années suivantes. Attention : un arrosage profond une fois par semaine est parfait. Un arrosage superficiel et journalier ne sert à rien : le moindre souffle de vent, le plus petit rayon de soleil et l’eau s’évapore !

Pour qu’ils poussent avec vigueur ils ont besoin d’éléments nutritifs. A la plantation, puis en entretien, donnez-leur un engrais spécial rosiers. Un engrais organo-minéral à action progressive et soutenue.

Coupez les fleurs fanées très régulièrement.
fleur4

EN POT

Un grand pot de 50 cm de diamètre, avec une épaisse couche de billes d’argile en fond, un substrat composé de terreau, de terre franche, d’un peu de sable et de fumier décomposé (on trouve un mélange tout préparé, spécial rosiers, dans le commerce), et voilà le contenant prêt à recevoir la plante. Suivez les conseils précédents pour la plantation.

Ensuite, arrosez lorsque la terre est sèche, jamais avant. Surfacez chaque année, au printemps. Les rosiers en pot ne supportent aucune négligence. En février, raccourcissez chaque branche du tiers, en gardant un bel équilibre. N’oubliez pas : toujours au-dessus d’un œil qui part vers l’extérieur de la plante. En pots, les rosiers sont plus fragiles : protégez-les du grand froid, du trop grand soleil et surveillez bien l’apparition d’éventuels insectes ou maladies.

roseNOS PRÉFÉRÉSrose2

Bouquet de Mariée® Commençons par notre dernière création, dont nous sommes très fiers. Avec ses fleurs roses, groupées à la façon d’un bouquet, il pousse d’une façon très compacte.

Bordure Nacrée® Petites roses doubles, très nombreuses et d’une couleur chair, ni rose, ni abricot, ni ivoire… Une merveille. A associer avec des fleurs bleues, mauves ou violettes.  Bordure Rose® Les fleurs, rose moyen, recouvrent entièrement un petit buisson à port rond. Ce petit rosier se marie bien avec les fleurs rose nacré, bleues et ivoire.

Bordure Abricot® Les fleurs oscillent entre l’abricot, l’orange avec une pointe vermillon. A associer à tous les tons de bleus et de jaunes.  Bordure Vive® Il nous en met plein la vue, ce petit rosier aux fleurs éclatantes, rose vif virant sur le rouge, avec un cœur blanc. Bordure Camaïeu® Du rose, du jaune, de l’abricot, de l’ivoire, de l’orange : tout simplement magnifique ! Attention aux mariages : osez juste le jaune pâle, le blanc, le bleu ou le violet.

Bordure d’Or® Un chaud et doux coloris jaune, tirant parfois sur l’ivoire. Un rosier de grande classe, à marier à des fleurs blanches pour l’élégance et la douceur, ou avec des bleus et des violets pour un contraste joyeux.

Bordure Magenta® Avec ses fleurs rose foncé, c’est noyé dans du feuillage qu’il est le plus beau : placez-le devant un arbuste persistant.  Dominique Loiseau® Avec ses corolles blanches, au cœur foisonnant d’étamines dorées, son parfum envoûtant, ce rosier exceptionnel mérite une place de choix.

Bordure Vermillon® A associer à des fleurs jaunes, orange et bleues, où ses corolles rouge cuivre et rouge crème sur le revers seront magnifiques.

Posts navigation

1 2 3 13 14 15 16
Scroll to top