Open post
gazon-blog-delbard-jardin

Le gazon du jardin jauni !

Le gazon du jardin jauni !

Gazon

Adaptez le gazon à votre terrain et à votre usage.

Un jaunissement du gazon signale souvent un mauvais entretien (manque d’eau ou d’engrais, coupe trop rase, piétinement intensif, etc.).
Le stolon, partie vitale de la graminée à gazon est endommagé ou souffre. L’emploi au printemps d’un engrais à action rapide après la tonte aide à faire reverdir le gazon. Un apport d’engrais ce début d’été (un produit à libération lente) permet au gazon de reconstituer ses réserves et de gagner plus en vigueur. blog-delbard-jardin-gazon

Une lame de tondeuse mal affûtée coupe irrégulièrement la feuille de graminée, qui jaunit à l’extrémité.
Le non ramassage des déchets de tonte lorsque la pelouse est drue, entraîne un étouffement du gazon qui jaunit, et favorise aussi l’apparition de maladies.

Durant les périodes de chaleur et de sécheresse, il faut arroser la pelouse deux à trois fois par semaine. Arrosez de préférence le soir, à raison de 5 à 10 l d’eau par mètre carré (laissez l’arroseur tourner entre 15 et 20 minutes).
Ne tondez pas trop court et n’apportez pas d’engrais sur une pelouse sèche.

De toute façon, ne vous inquiétez pas, on dit toujours que l’herbe est plus verte dans le jardin du voisin ! Mais vous aussi, vous êtes forcément le voisin de quelqu’un ! 

Open post
Plantes grasses succulentes Delbard Blog Jardin

Connaître et entretenir les plantes grasses

Origine et histoire des plantes grasses

Les plantes grasses viennent pour la plupart des zones subtropicales et tropicales. En majeure partie, elles viennent des régions montagneuses d’Afrique, d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud. Les plantes grasses sont très résistantes aux aléas climatiques et survivront même sous un climat sec et chaud.
 
Depuis quelques années, les plantes grasses font partie des nouveaux éléments de déco de la maison ! En plus d’être des plantes très faciles d’entretien, elles créent une ambiance toute particulière à la maison. Entre le zen et le cocooning, elles sont votre nouvel allié déco !
Les echeveria, crassula, aeonium, aloe vera, rhipsalis ou encore haworthia raviront votre intérieur ! Ces plantes sont toutes des succulentes, cela veut dire qu’elles stockent beaucoup d’humidité dans leurs racines, leurs tiges ou encore leurs feuilles épaisses. Ce sont donc des plantes qui résisteront parfaitement si vous habitez dans des régions au climat sec ou encore si vous avez tendance à vous absenter régulièrement (l’arrosage n’a pas besoin d’être fréquent).
Aujourd’hui, vous pouvez trouver des dizaines de variétés et de formes différentes pour vos succulentes. N’hésitez pas à vous promener dans votre jardinerie et à trouver la plante qui s’accorde le mieux à votre personnalité !
 
Jardin Delbard Blog plantes grasses

Entretien des plantes grasses

Les plantes grasses se composent essentiellement de feuillage décoratif même si certaines peuvent fleurir.
Vous serez surpris par les formes uniques des plantes grasses : l’haworthia et l’aloe vera ont un air primitif, l’echeveria est festif avec ses très jolies rosettes, le rhipsalis ressemble à du corail, le sansevieria est fier et indestructible, et le crassula a des airs d’arbre miniature stylisé.
Pour mettre en avant vos belles plantes, optez pour des cache-pots ethniques ou effet béton, c’est le coup de cœur assuré !
 
Pour avoir de belles plantes grasses à la maison, vous pouvez suivre les conseils suivants :
Les plantes grasses aiment la chaleur et la lumière, n’hésitez donc pas à les placer sur un rebord de fenêtre. Elles y seront très bien.
Pour ne pas détremper la plante et ne pas la noyer, il vaut mieux arroser une bonne fois, et laisser sécher pendant plusieurs semaines. Si la terre est déjà bien sèche au prochain arrosage, ce n’est pas grave, au contraire.
Si vous voulez que le feuillage grossisse bien, vous pouvez faire un apport d’engrais une fois tous les deux mois. Cela sera déjà très bien pour la plante.
 
Et vous, vous avez des plantes grasses à la maison ?

Aloe Vera Delbard Blog plantes grasses

© Crédit photo : Maplantemonbonheur.fr.

Open post

Le binage

Vous connaissez le dicton : Un binage vaut deux arrosages !

Et en plus, c’est de saison mais tout à fait vrai !

Cet été, il a fait très chaud, sec et il n’a pas plus pendant un moment !

Résultat, la terre est sèche et a même formé une croûte à certains endroits du jardin.

Cependant, ça y est ! La météo annonce de fortes pluies pour la fin de semaine, ce qui fera beaucoup du bien à la terre, aux plantes et aux nappes phréatiques ! Il est donc important de bien préparer le sol pour que la pluie entre le mieux possible dans le sol et soit la plus bénéfique !

Alors, pour casser la croûte (de terre) rien de plus simple qu’un bon binage !

C’est quoi le binage ?

Le binage c’est l’action de casser la croûte de terre qui s’est formée sur le sol ou dans les bacs et jardinières après les fortes chaleurs.

Cela permet d’éliminer les mauvaises herbes qui ont poussé et ont pris de l’ampleur et aussi d’économiser l’arrosage.

Il est donc très important de réaliser un bon binage après un été chaud et encore plus à l’annonce des premières pluies.

Comment le réaliser ?

Pour réaliser le binage, il est possible d’utiliser plusieurs outils.

Le plus apprécié des outils est la binette. La lame doit être correctement affûtée pour pouvoir éliminer au mieux les mauvaises herbes.

Au potager, préférez la petite griffe à trois dents pour ne pas abîmer vos plants de légumes.

Pour le binage, ne grattez pas trop profond… 2 ou 3 centimètres suffisent pour aérer la terre et éliminer les mauvaises herbes tout en n’abîmant pas les racines des plants sains.

N’oubliez pas… Quand vous commencez votre binage, travaillez à reculons. Il serait dommage de piétiner le sol que vous venez de biner. sourire-delbard-blog-jardin-astuce

 

Alors vous allez me dire : « Je ne vais pas arrêter de biner… ? »

Après avoir désherbé, paillez plutôt que de biner sans arrêt ! L’idéal étant une couverture permanente du sol…

Aussi, sauf à recouvrir le sol juste après le binage (dans ce cas, on aura en effet permis une meilleure infiltration de l’eau, tout en limitant par la suite l’évaporation).

Et il est totalement faux  de penser que plus l’on binera, plus on aura de l’eau.

Donc disons qu’un binage vaut un arrosage !

Open post
Cascade de bruyère-blog-delbard-jardin-conseils

Réalisez votre cascade de Bruyères

L'automne est la période idéale pour planter vos bruyères : en pots, en jardinières ou encore en pleine terre pour border un mur, elles sauront vous ravir au jardin. Ces plantes vivaces ont le don de se faire remarquer toute l'année... Que ce soit par la couleur de leur feuillage très fin ou encore de leurs fleurs. N'ayez plus de doute, elles s'acclimateront chez vous, peu importe la région dans laquelle vous vivez... 

Réalisez votre cascade de bruyères à la maison grâce à notre pas à pas ! 

 

Suivez notre pas à pas !

Open post

Eau douce…

ARROSOIR

Pour un arrosage parfait !

Notre eau potable est bien souvent calcaire, ce que n’aiment pas nos plantes d’appartement et certaines de nos plantes de jardin.

L’idéal est la récupération des eaux de pluie.

Pas toujours facile, surtout lorsqu’il ne pleut pratiquement jamais, comme en ce moment.

Et un tonneau n’est pas très esthétique dans un petit jardin.

La solution pour abaisser le pH de l’eau est de préparer des arrosoirs dans lesquels vous faites tremper pendant une journée quelques poignées de tourbe emmaillotée dans un chiffon.

Une vielle chaussette nouée fait parfaitement l’affaire. Il n’y a plus qu’à la retirer avant d’arroser…

Open post

Paillages et broyat

ampoule

Pourquoi et comment faire ?

paille

Le paillage conserve la fraîcheur, en réduisant l’évaporation et protège des variations excessives de température. Il limite la pousse des herbes et se transforme en humus en se décomposant. A l’origine, il était effectué avec de la paille finement hachée. Un grand nombre d’autres matériaux sont à utiliser : compost peu décomposé, paillette de lin ou de chanvre, tontes de pelouse, fougères, coques de cacao, feuilles mortes, engrais verts, écorces broyées, branches de taille…

Observez la nature : partout, les plantes poussent sans l’aide de l’homme. Les insectes et les vers du sol travaillent la terre, sous un couvert de feuilles mortes en forêt, ou d’herbes sèches ou couchées, sur les bords de chemin et talus, dans les prairies… C’est le paillage naturel ! Au jardin, pailler, c’est un geste essentiel qui copie la nature : les plantes poussent sous une litière de protection.

Ces paillis apportent des nutriments à la terre et favorisent le développement des micro-organismes.

Au potager, choisissez un paillis qui se décompose vite (tonte de pelouse, feuilles tendres, broyat de branches vertes).

Pour les plantes vivaces et les arbustes, paillez à la plantation et en hiver. Pour les plantes annuelles, paillez à la plantation ou lorsque les semis sont bien levés, après une pluie ou un arrosage.

L’épaisseur du paillis dépend des cultures. Il sera plus important, c’est évident, autour d’arbustes qu’autour de salades, qui ne restent pas longtemps en terre.

Avec le paillage, la terre est préservée des pluies, du vent, donc de l’érosion. Il protège les cultures de la sécheresse, lutte contre les mauvaises herbes, enrichit le sol.

Utilisez votre tondeuse pour réduire les feuilles larges ou coriaces, les tiges tendres, les tiges de fleurs fanées, mais attention à ce que ces matériaux soient bien secs, afin d’éviter tout risque de pourriture.

Au pied des arbustes, le broyat donne des résultats extraordinaires. Broyat ou B.R.F (Bois Rameaux Fragmentés)? Deux noms différents, dont l’un presque barbare, pour des techniques identiques. C’est le résultat du broyage des branches d’arbres et d’arbustes feuillus. Des forestiers canadiens, dans les années 70, ont constaté que les plantes étaient bien plus belles aux endroits où ils laissaient les déchets de leurs coupes. Les jardiniers bio ont mis cette réflexion à profit, et les effets sont spectaculaires. Tentez l’expérience, vous ne le regretterez pas. Cerise sur le g âteau, avec cette méthode, il n’y a plus de déchets verts à emporter à la déchetterie : vous recyclez tout, ou presque ! Les tailles d’entretien des fruitiers, des rosiers et des arbustes…

Open post

Les plantes : entre réception et plantation

cactuscolis

Que vous les plantiez à réception ou un peu plus tard : voici les bons gestes à avoir !

Dans un sol bien préparé, enrichi d’un bon compost, plantez les nouveaux fruitiers.

Puis tassez fortement la terre et arrosez à fond.

Si vous allez acheter vos arbres et arbustes un jour ou vous n’avez pas le temps de les planter, ou si vous les recevez un jour de gel, mettez-les en attente.

Pour cela il faut :

  • les préserver du froid et du dessèchement
  • les entreposer dans une pièce fraîche
  • couvrir les racines de sable ou de tourbe frais

Au moment de les planter, raccourcissez les racines (le terme jardinier est : habiller les racines), et pralinez-les.

Open post
jardin travaux rosiers blog delbard

Tailler des rosiers à grande fleurs

sécateursComment bien les tailler ?rose

Il n’y a pas de taille miracle. Chaque rosier a ses exigences, à vous de les trouver. Toutefois, respecter ces quelques conseils peut vous aider à guider habilement votre sécateur :

· N’entravez pas son port, son allure

· Taillez court les branches raides et nues pour les obliger à faire des ramifications..

· Taillez à peine les branches bien fournies, d’où partent des branches qui forment un buisson.

· Dégagez le centre de l’arbuste, et lorsque vous taillez, faites-le toujours au-dessus d’un œil extérieur pour que la future branche ne parte pas vers l’intérieur du rosier

Open post

Les maladies sur les fruitiers

essuyant-outil-de-pulverisateur_318-68485Quelques conseils…essuyant-outil-de-pulverisateur_318-68485

Contre la tavelure et la cloque du pêcher, pulvérisez un produit à base de cuivre, sans intervenir pendant la floraison.

Après la formation des fruits, une ou deux pulvérisations à base de mancozebe peuvent être pratiquées.

Et si nous parlions du carpocapse ? Ce nom de papillon pourrait faire rêver! Mais non! Sa larve se niche au cœur des pommes, fait un vilain trou sur la peau du fruit.

Efficace et relativement inoffensif pour la faune pulvérisez tous les 10 jours, entre le gonflement des bourgeons et le grossissement des fruits, un anti-insectes et maladies des arbres fruitiers à base de bactospeine.

Open post

L’entretien des outils

Qu’il fasse froid ou doux, qu’il pleuve ou qu’il vente, il y a toujours quelque chose à faire au jardin (ou pour le jardin) en hiver. Sans hésitation, jardiner en hiver c’est possible : voici quelques activités envisageables en cette saison…

outils

Entretien des outils

Avant de commencer la saison intense du jardinage, faites l’inventaire, l’entretien régulier des outils de jardinage, leur nettoyage et le rangement de vos outils. Prenons le temps d’un point sur les gestes essentiels pour garder son matériel en bon état pour la saison prochaine.

nettoyage2

Nettoyer

Bêches, râteaux, binettes et autres grelinettes : frottez les têtes, les manches et les jointures avec une brosse à chiendent et du papier verre. Pour les parties métalliques soient piquetées de points de rouille ; grattez-les à la paille de fer.
Outils de coupes / sécateurs, cisailles et ébrancheurs, l’alcool à brûler permet d’enlever les résidus récalcitrants de résine collés sur les lames. Notez que pour en faciliter le nettoyage, vous pouvez les démonter.
Enfin, le nettoyage des outils de coupes se termine toujours par la désinfection des lames avec de l’alcool à 90° ou de l’alcool à brûler.

nettoyage

Réparer ou remplacer

Si de longues fissures se dessinent sur les manches (notamment en bois), n’hésitez pas à les remplacer (apportez votre outil en jardinerie pour trouver le manche adéquat). Lorsque les fixations commencent à devenir l âches, resserrez les vis ou remplacez les clous. Sachez toutefois qu’une fixation vissée est plus solide qu’une fixation clouée.

 

Aiguiser

Les dents, les griffes ou les lames des outils perdent de leur “mordant » au fil du temps.
Après avoir procédé au nettoyage des outils, limez à l’aide d’une lime à métaux, la partie tranchante ou pointue des binettes, des bêches, des houes ou des serfouettes, en respectant les angles initiaux.
Les lames des couteaux, des greffoirs ou des serpettes s’aiguisent à l’aide d’une pierre à aiguiser, celle-ci peut également servir pour affûter la lame coupante du sécateur. Rappel : l’affûtage se fait toujours de l’intérieur vers l’extérieur et des 2 côtés de la lame.

 

Protéger

Pour augmenter la durée de vie des outils, mais également pour votre propre confort, les parties métalliques peuvent être enduites de paraffine afin de les préserver de la rouille, tandis que les manches en bois sont badigeonnés d’huile de lin pour les rendre plus doux et plus résistants aux intempéries. Lubrifiez également les outils articulés (outils de coupe) en versant quelques gouttes d’huile liquide sur les parties soumises à des frottements.

Posts navigation

1 2 3 4
Scroll to top