Open post

Un abri pour la faune

tronc

Au jardin, tout se transforme !

Si vous avez un arbre mort au jardin, regardez-le avec un œil complaisant, et décidez de le conserver.

Sa forme, souvent fantasmagorique, est un attrait de choix qui donne beaucoup de personnalité au jardin. Et surtout, il abrite un écosystème intense, peuplé de nombreux hôtes du règne végétal et animal. Le supprimer, c’est condamner cette petite faune. Pour qu’il soit plus riant, habillez-le d’une grimpante exubérante, qui offrira des logis supplémentaires. Avec le déboisement, la disparition des haies et des granges, la petite faune a de plus en plus de mal à trouver un refuge. Conserver un vieil arbre participe, même si ce n’est qu’une goutte d’eau, à la biodiversité nécessaire à l’équilibre de la nature. La petite faune, particulièrement utile et attractive, grouille et loge dans les trous, les cavités, sous l’écorce. Sur ces vieux troncs, voisinent du terreau, du bois tendre, du bois mort, de la mousse, du lichen, des fougères, même parfois encore un peu de sève et de rares feuilles, et donc de nombreux animaux, prédateurs d’insectes ravageurs, associés à ces divers biotopes. Insectes, oiseaux profitent de ces cachettes et participent allègrement à la lutte biologique.

En y regardant de plus près, que peut-on trouver, entre ces branches, en plus des insectes, papillons et larves en tout genre ? Des écureuils, des loirs et les lérots se servent des orifices pour y cacher leur nourriture.

Beaucoup d’oiseaux se nourrissent de cette petite faune : la chouette chevêche, la chouette hulotte, la chouette effraie, le hibou petit duc, la huppe fasciée, le pigeon colombin mais aussi le rouge-queue à front blanc, l’étourneau sansonnet, le rouge-gorge, le geai, le grimpereau ou le merle…

Souvent, cet arbre est vêtu naturellement de lierre. N’hésitez pas à lui adjoindre une grimpante de belle envergure, qui fournira des cachettes supplémentaires : clématite, montana, glycine, rosier liane, hortensia grimpant…

Votre œil artistique et votre âme jardinière vous guideront dans le choix.

Open post

Des arbustes pour les oiseaux

arbustes2

Pour les voir d’un peu plus près…

Penser à eux au moment des plantations. Certains arbustes constituent non seulement de bons abris, mais également d’excellents garde-manger pour l’hiver qui s’annonce !

Les arbustes offrent tout ce qu’il faut aux oiseaux qui fréquentent les jardins : emplacements pour nidifier, matériaux pour bâtir le nid, graines et baies, mais également insectes pour se nourrir, protection minimale contre le froid, le vent et la pluie… et la plupart des prédateurs !

De nombreux arbustes forment des fruits dont la couleur les rend très reconnaissables par les oiseaux : Cotonéaster (aux baies rouges ou orangées), pommier d’ornement Everest, pyracantha, sorbier des oiseleurs, sureau, groseillier à fleurs, pyracantha, berberis…

Si votre jardin est trop petit pour mettre en place des haies, ou si vous ne disposez que d’une simple cour ou terrasse, rien n’est perdu.

Optez simplement pour des arbustes qui peuvent être conduits en pot comme le mahonia, le skimmia ou le laurier tin.

oiseau

Open post

Canicule : Protégeons nos animaux…

Et pour eux, on fait quoi pendant la canicule ?

 

Pendant les périodes estivales, nous pensons à nous protéger du soleil, à nous hydrater ou encore à canaliser la fraîcheur….

En ces périodes, nos animaux de compagnie peuvent souffrir autant que nous de températures trop élevées… Il est donc important de détecter les signaux d’alarme et de soulager nos animaux en appliquant les bons gestes.

chien-blog-delbard-jardin-tiques

Repérer un coup de chaleur chez notre animal

Les animaux ne peuvent nous informer de leur état qu’à travers des comportements anormaux ou encore des démonstrations physiques.

Les signes indiquant que notre animal souffre de la chaleur sont les suivants :

  • Il a une température élevée sur l’ensemble du corps, notamment au niveau des oreilles,
  • Il transpire entre les coussinets,
  • Sa respiration est très rapide et saccadée ou il halète,
  • Sa langue pend en continu,
  • Il est très agité,
  • Ses muqueuses deviennent rouge foncé ou violacées,
  • Il a des convulsions.

Dans le cas où plusieurs de ces symptômes apparaîtraient chez votre animal, vous pouvez commencer à le soulager en le plaçant dans la pièce la plus fraîche de votre habitation (cave, salle de bain…).

Vous pouvez aussi lui présenter de l’eau fraîche mais pas glacée dans sa gamelle. Il ne faut cependant pas le forcer à boire.

N’essayez surtout pas de tremper votre animal brutalement dans de l’eau froide voire glacée, cela pourrait provoquer un choc thermique.

Il est préférable de l’asperger d’eau fraîche grâce à un vaporisateur ou encore de le caresser avec les mains mouillées pour amorcer un rafraîchissement progressif.

Dans tous les cas, n’hésitez pas à l’emmener chez votre vétérinaire afin qu’il établisse un bilan complet et le prenne en charge en cas de coup de chaleur trop important.

Lutter contre le coup de chaleur et protéger notre animal

Pour lutter contre l’apparition de ces symptômes, certaines précautions doivent être prises par les propriétaires d’animaux :

  • Ne jamais laisser son animal de compagnie dans sa voiture même avec les fenêtres entrouvertes,
  • Privilégiez les lieux aérés et à l’ombre si vous devez attacher votre animal,
  • Toujours lui laisser de l’eau fraîche, renouvelée régulièrement pour qu’il puisse s’hydrater,
  • Utilisez un brumisateur pour rafraîchir votre animal ou caressez le avec les mains mouillées,
  • Limitez les sorties longues et les efforts physiques (surtout entre 12h et 17h),
  • Privilégiez les sorties tôt le matin ou en fin de soirée afin qu’il profite d’un air plus frais,

Pour les départs en vacances, faites des pauses toutes les deux heures et pensez à emporter de l’eau ou un brumisateur pour que votre animal s’hydrate et se rafraîchisse.

En cas d’inquiétudes ou de comportements anormaux, n’hésitez pas à amener votre animal de compagnie chez votre vétérinaire pour éviter tous risques mortels.

Fort de ces quelques solutions pour veiller à la bonne adaptation de votre animal en cas de fortes chaleurs, appliquez-les et partagez-les autour de vous pour les préserver.

Open post
chien-vacances-plage-retour-balle-jeu

La fin des vacances pour toutou

C’est la fin des vacances… et votre chien sera à nouveau seul.

Attention à la déprime qui le guette !

chien-tiques-blog-delbard-jardin

Cet été, votre chien a goutté aux joies d’avoir son maître tout le temps avec lui, et surtout disponible pour lui. Il vous a suivi partout, vous l’avez promené plus que d’habitude, n’avez pas oublié les gâteries et autres attentions diverses, bref vous étiez en vacances !

Seulement voilà, c’est terminé, et le retour à l’emploi du temps habituel peut causer parfois une petite dépression chez le chien. Le sentiment d’abandon peut être mal perçu car trop brutal, cette absence génère alors un gros sentiment d’anxiété.

Votre chien se retrouve donc seul à nouveau, livré à lui même et tourne en rond toute la journée. Les symptômes de ce blues, plus ou moins passager, peuvent être des petits dégâts occasionnés en votre absence : un petit pipi, par ci, par là, quelques objets lacérés, grignotage des pieds de table…, quand il ne décide pas d’hurler pendant des heures !

Que faire contre cela ?

Vous pouvez compensez votre absence durant la journée, en vous montrant, dès votre retour du travail, très proche de lui.

Il aura besoin d’un extra de “câlins”, de marques d’attention diverses, de stimulation par le jeu…. et ce pour réaliser qu’il n’est pas seul au monde.

Vous pouvez aussi, lorsque vous quitter la maison, laisser la radio en sourdine, le fait d’entendre des voix humaines aura un effet apaisant sur votre chien.

N’oubliez pas non plus de lui donner quelques jouets et un os à ronger (nerf de bœuf).

Posts navigation

1 2 3 4
Scroll to top