Open post
agapanthe blog delbard jardin plante mai

L’Agapanthe, la plante de l’amour

L’histoire de l’Agapanthe

L’agapanthe est la Fleur de l’Amour (En grec ancien, Agapê signifie amour et Anthos fleur) . Grâce à des explorateurs néerlandais au 17ème siècle, elle nous vient des jardins du Cap de Bonne Espérance. C’est un Anglais, Lewis Palmer qui obtint les premiers hybrides rustiques. Comme les nymphéas, Monet s’inspira beaucoup des agapanthes pour sa peinture et son jardin.

Origine de l’Agapanthe

D’origine d’Afrique du sud et Australie, c’est un bulbe au feuillage caduc ou persistant selon région avec des fleurs bleues, blanches très belles en mai-juin dans le sud, juillet-août ailleurs. Dans un emplacement de plein soleil ou mi-ombre, elle se développe sur 70 cm avec une inflorescence de plus de 1 m. Plantez-la en massif (arrière-plan), bordure, pot. 

blog delbard jardin agapanthe mai plante

Bien soigner son Agapanthe

L’agapanthe se cultive aussi bien en pot qu’en massif (l’hiver vous pouvez les rentrer dans une pièce fraîche, lumineuse mais où il ne peut pas geler).
Lorsque vous observez des fleurs fanées, coupez les hampes florales au plus court afin de ne pas épuiser la plante inutilement.
L’agapanthe est une plante qui ne résiste pas aux fortes gelées et doit donc être cultivée dans les zones où l’hiver reste relativement doux. On la croyait réservée aux jardins de Bretagne ou du Midi, l’agapanthe trouve désormais sa place dans tous les jardins si elles sont bien paillées l’hiver. Si l’hiver est doux n’y touchez pas et laissez le feuillage en place durant l’hiver. En pleine terre, il faudra couper le feuillage avant les premières gelées et le recouvrir d’un épais paillage. Vous pouvez utiliser des feuilles séchées par exemple ou tout autre paillage.

Mettre en valeur l’Agapanthe

Au jardin, elle fera merveille avec ses tiges élégantes, longues feuilles vertes et nobles fleurs bleues ou blanches composées d’une multitude de petits calices. L’agapanthe est un vrai spectacle sur la terrasse : beaucoup de feuillage à la base, une tige lisse au milieu et un feu d’artifice de fleurs pour couronner le tout et donner de l’élégance à votre extérieur. L’agapanthe est belle et peu exigeante, fleurissant abondamment de juin à septembre. Bon à savoir : l’agapanthe produit chaque année plus de fleurs.

Open post

Les tomates du jardin, faîtes-les mûrir !

Prenez des tomates absolument saines. Posez-les sur un rebord de fenêtre, en plein soleil ou sur le toit d’un châssis. Elles vont continuer leur mûrissement.

Autre solution : Enveloppez-les dans du papier journal, stockez-les en cellier frais et aéré. Elles vont rougir tranquillement.

Une autre astuce est de les enfermer dans un sac en papier avec des pommes et des poires. Celles-ci dégagent naturellement du gaz d’éthylène qui accélère la maturité des tomates.

Ou encore, arrachez les plants en entier, s’ils sont sains, et suspendez-les au cellier. Les tomates continueront à mûrir lentement et vous n’aurez qu’à les cueillir au fur et à mesure de leur maturité.

Mais attention : les mois d’été pluvieux  favorisent la prolifération des maladies et les pieds sont ensuite bons à brûler.

gants

Tomates productives

Lesquelles tailler, pincer ou laisser faire ?

Tailler les tomates fait partie des tâches récurrentes et indispensables de l’été mais toutes n’ont pas la même exigence !

· Les tomates classiques, à gros fruits, ont besoin d’un nettoyage très régulier, tous les 15 jours en moyenne : coupez régulièrement les rejets se formant à l’aisselle des feuilles (et parfois à l’extrémité des bouquets de fruits). Laissez le reste se développer en vous contentant d’attacher les tiges principales au fur et à mesure de leur allongement.

· Les tomates hâtives, les plus adaptées aux régions fraîches, arrêtent d’elles-mêmes leur croissance : il n’est pas nécessaire de les tailler, ni d’ailleurs de les tuteurer.

· Les tomates anciennes, ne sont pas toujours faciles à tailler surtout celles se ramifiant après chaque bouquet de fleurs. Contentez-vous de couper les rejets naissant à l’aisselle des feuilles.

· Les tomates cerises : elles peuvent se passer de taille mais la suppression des rameaux latéraux facilite la récolte.

En pot, laissez les tomates cerises se développer à leur gré contrairement aux variétés à gros fruits dont vous gardez 5 à 6 bouquets de fleurs au maximum.

Open post
mug-cake-chocolat-recette-gourmand-famille-enfant-cuisine-blog-delbard

Le Mug-cake tout chocolat

Le Mug-cake vous connaissez ? C’est cette technique qui consiste à faire un gâteau dans un mug ou dans une tasse directement cuit au micro-ondes ! Ça veut dire moins de vaisselle, moins de temps de préparation et surtout moins de temps d’attente avant de pouvoir savourer son goûter…

En plus, c’est tellement simple que vous pouvez même en faire plusieurs avec les enfants ! La parade parfaite pour les intéresser à la cuisine ! Alors, pourquoi est-ce qu’on ne craquerait pas ?

Pour 1 Mug-cake tout chocolat

Les ingrédients :

  • 40g de chocolat noir ou alors de chocolat au lait,
  • 3 cuillères à soupe de sucre,
  • 6 cuillères à soupe de farine,
  • 1/2 cuillère à café de levure,
  • 2 cuillères à soupe de beurre (nature ou demi-sel en fonction des envies),
  • 1 œuf.

Préparation :

Pour la préparation de votre Mug-cake, rien de plus simple !

Faites d’abord fondre le chocolat et le beurre dans le mug au micro-onde pendant 20 à 30 secondes. Il faut que cela soit assez fondu pour que vous obteniez une pâte bien lisse.

Ajoutez ensuite tous les autres ingrédients, mélangez bien dans le mug et faites cuire la préparation pendant 1 minute à pleine puissance.

Si pour vous le Mug-cake n’est pas assez cuit, remettez-le environ 15 secondes au micro-ondes.

Variante : Pour les plus gourmands, vous pouvez rajouter sur votre mug-cake une fois la cuisson terminée : de la chantilly, des petites guimauves ou encore des fruits frais…

Allez on partage ? Laissez-nous votre recette de Mug-cake en commentaire ici

© Crédit photo : Brenda Godinez / Unsplash

Open post
Kentia Blog Delbard Janvier

Le Kentia, la plante décorative pour votre intérieur

Le Kentia (Howea forsteriana) est une plante relativement étroite à la base d’où s’élancent de longues tiges qui déploient des feuilles de palmier souples et élégantes. Il s’agit d’un des rares palmiers à supporter le mi- ombre, un taux d’humidité réduit et des températures ambiantes plutôt fraîches. Le Kentia est très décoratif dans la maison : ses belles feuilles fines filtrent la lumière et la rendent plus douce.  

kentia plante interieur entretien blog delbard

Les origines du Kentia

Le Kentia fait partie de la famille des palmiers et pousse sur l’île Lord Howe à l’est de l’Australie, sous le feuillage des grands arbres. Elle est donc habituée à l’ombre. En milieu naturel, le palmier peut atteindre jusqu’à 18 m de hauteur et 6 m de largeur, avec des feuilles de 3 m de longueur. La version “plante d’intérieur” garde une taille plus modeste.

Chaud au début, durable à la fin : les palmiers poussent à partir de graines qui sont toutes importées de l’île Lord Howe afin de garantir l’authenticité de la plante. Pour provoquer la germination, des températures élevées sont requises, de 35 à 40 °C. L’ensemble du processus ne dure pas moins de trente semaines. Ensuite, la plante elle-même, pousse lentement à température tempérée ; la durée de la culture dépend de la hauteur et de l’épaisseur de la plante. Plus le Kentia est fourni, plus on a utilisé de graines, et plus la plante est haute, plus elle est âgée. Les plus petites plantes disponibles ont presque un an et les plus grandes peuvent facilement atteindre sept ans. Cela explique le prix relativement élevé du Kentia. L’avantage de cette plante est qu’elle est cultivée de façon le plus durable possible, avec une faible consommation d’énergie, une information non négligeable.

Soigner mon Kentia

Le Kentia est un des rares palmiers à supporter des emplacements relativement sombres. Si la feuille vire au vert clair ou au jaune, c’est qu’elle a trop de lumière. Si elle ne forme que peu de nouvelles pousses, c’est qu’elle est dans un endroit trop sombre.
Ce palmier aime avoir les racines légèrement humides, mais pas au point de tremper dans l’eau qui stagne au fond du pot.
Une douche de temps en temps ou une douce averse estivale lui feront le plus grand bien et la protégeront contre l’araignée rouge. Les intérieurs surchauffés sont à proscrire et mieux vaut attendre que la terre soit devenue sèche entre deux arrosages. Préférez la pluie ou une bonne vaporisation l’hiver d’eau non calcaire.

Environ deux fois par mois, stimulez sa croissance par un apport d’engrais. Un nettoyage avec un chiffon humide lui permet de conserver toute sa splendeur.
Les feuilles jaunes, vieilles ou abîmées peuvent être coupées.
Le Kentia aime la température ambiante de la maison mais ne supporte pas que le mercure descende sous les 10 °C.
Donnez-lui un peu d’engrais une fois toutes les deux à trois semaines d’avril à septembre pour stimuler sa croissance. Le Kentia ne pousse pas en hiver et n’a donc pas besoin d’être nourrie.

Touche design végétal astuce décoration Blog Delbard

Acquérir cette belle plante est une option parfaite pour combler le vide laissé par le sapin de Noël après les fêtes. Le Kentia s’inscrit très bien dans la tendance actuelle de la décoration intérieure consistant à créer de petits groupes de la même plante dans différentes tailles. Cette présentation souligne en outre le bel aspect vert qui séduit tant lorsque la nature était encore sauvage. Alors ? Après le sapin, apportez un côté exotique à votre intérieur avec un beau kentia : il donne de la verticalité au décor ambiant et une note d’élégance indéniable dans votre pièce à vivre.

© Crédit photo : https://www.officedesfleurs.fr/

Open post

Les biscuits originaux pour attendre Noël !

On  le sait tous … Pour attendre Noël il y a évidemment, pour le bonheur des petits et des plus grands, le traditionnel calendrier de l’Avent ! Mais pour les plus gourmands, vous pouvez aussi réaliser vos petits biscuits à picorer devant la télé le soir ou encore à emmener dans une boîte au travail … Les biscuits se dévorent un peu partout dans le monde et sont légèrement (ou pas !) épicés pour réveiller les papilles quand le ciel est tout gris !  

Pour cette recette, de 6 personnes environ, il vous faut

  • 1 œuf (+1 jaune d’œuf pour faire dorer les biscuits),
  • 1 cuillère à café de levure,
  • 50 g d’amandes en poudre,
  • 100 g de beurre ramolli,
  • 125 g de sucre,
  • 250 g de farine,
  • Des épices au choix : cannelle, gingembre, muscade, girofle, zestes d’agrumes divers (citron, mandarine, orange…).
poche

Après avoir réuni les ingrédients, vous pouvez préparer votre recette

Mélangez dans un saladier la levure, la poudre d’amandes et le sucre en poudre. Ajoutez le beurre ramolli et l’œuf entier. Malaxez d’abord votre mélange à l’aide d’une fourchette et ensuite, pour obtenir une pâte plus homogène, mélangez avec les mains. Partagez votre pâte en 3 boules égales et assaisonnez chacune des boules avec des épices différentes. Par exemple, assaisonnez une boule avec de la cannelle, une autre avec des zestes d’agrumes et de la poudre de girofle et enfin la dernière avec de la muscade et des zestes d’orange.  

four

Préchauffez votre four à 200°C (thermostat 6-7). Étalez successivement les 3 boules de pâte à l’aide d’un rouleau à pâtisserie et découpez des formes dans la pâte à l’emporte-pièce. Il existe beaucoup de formes d’emportes-pièces qui vous feront de superbes biscuits (étoile, sapin, maison, boule de noël…). Disposez vos biscuits sur une plaque allant au four, recouverte de papier sulfurisé. Étalez à l’aide d’un pinceau de cuisine un jaune d’œuf battu avec un peu d’eau sur vos biscuits. Cette opération permet qu’ils soient bien dorés. Enfournez vos biscuits entre 7 et 10 minutes (surveillez-les pour éviter qu’ils brûlent). Pour les plus gourmands et les plus créatifs, faites un mélange de sucre glace/d’eau et touillez bien. Mettez ensuite ce mélange dans une poche à douille et faites des dessins sur vos biscuits une fois ceux-ci refroidis. Disposez vos biscuits dans une assiette ou un joli panier décoré, vous verrez, ils disparaîtront comme par magie si vous avez du monde à la maison !

Open post
gâteau-yaourt-recette-ingrédients-préparation-cuisine-jardin-astuces-Blog-Delbard

Le gâteau au yaourt

Et oui, le grand classique est de retour ! Le gâteau au yaourt, celui qui vous rappelle votre enfance, qui vous ramène le temps d’une bouchée, dans la cuisine où vous avez grandi… La recette idéale quand vous n’avez pas spécialement de temps, ni beaucoup d’ingrédients dans les placards. Même si pour ce gâteau on a déjà presque tous nos propres recettes ou nos habitudes, on vous donne notre recette favorite à nous ! 

sucre

Les ingrédients du gâteau au yaourt

  • 1 pot de yaourt qui vous servira de verre doseur par la suite,
  • 3 pots de farine,
  • 2 pots de sucre en poudre,
  • 1 sachet de sucre vanillé,
  • 1 sachet de levure chimique,
  • 1 pot d’huile de tournesol,
  • 2 œufs.

La préparation de votre gâteau

ingrédient gâteau yaourt recette cuisine Blog Delbard

Préchauffez votre four à 180°C (thermostat 6) le temps de préparer votre recette.

Prenez un saladier de taille médium et versez le yaourt. Ensuite, nettoyez le pot de yaourt, il vous servira de verre doseur pour la suite de la recette.

Ajoutez les 2 pots de sucre en poudre, le sachet de sucre vanillé et les 2 œufs. Remuez la pâte.

Ajoutez la farine, la levure et enfin l’huile. Remuez la pâte jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène.

beurre-blog-delbard-cuisine-jardin-recette

Beurrez un moule ou alors prenez un moule en silicone et versez-y la pâte du gâteau.

Ensuite, enfournez votre préparation dans le four chaud pendant 35 minutes.

A la fin de ce temps, plantez un la lame d’un couteau dans le gâteau. Si celle-ci en ressort sèche, le gâteau est cuit. Si non, remettez-le au four pour 5 minutes et replantez la lame.

Enfin, démoulez votre gâteau et S-A-V-O-U-R-E-Z ! Si vous êtes fruits rouges, n’hésitez pas à ajouter des framboises du jardin !

Ce gâteau peut être sujet à plein d’autres recettes ou variantes. Vous avez une autre façon de le préparer ou alors de le rendre plus gourmand ? Dites-nous tout en commentaire sur notre page Facebook ici !

Open post

Couvre-sol aux pieds des rosiers

Pour l’esthétique avant tout, on installe de plus en plus souvent des plantes vivaces couvre-sol au pied des rosiers.
Mais, tous les jardiniers le savent, l’attrait principal de cette pratique est d’éviter d’aller désherber trop près des branches bien piquantes ! En effet, les couvre-sol empêchent toutes mauvaises herbes de gagner du terrain. De plus, ils participent à la biodiversité, nécessaire à un jardin sain.

Comment procéder ?

Dégagez bien le terrain autour du rosier, désherbez parfaitement, puis positionnez les plantes, en quinconce, à l’avant et sur les côtés, à 40 ou 50 cm de la base du rosier.

Faites un trou de 3 fois en tous sens du diamètre de la motte. Ajoutez une petite poignée de compost à la terre. Remettez une partie de la terre bien travaillée. Faites tremper pendant deux minutes les godets dans une cuvette emplie d’eau. Sortez les mottes, positionnez les plantes, rebouchez, en prenant garde d ne pas enterrer le collet, c’est-à-dire l’endroit d’où partent les feuilles et les tiges. Arrosez.

entretien-hamamélis-plante-jardin-blog-delbard

L’entretien de votre plantation

La première année de plantation, arrosez s’il fait très chaud. Ensuite, il suffira de limiter leur croissance, afin qu’elles ne gênent pas le rosier voisin. Les plantes à floraison printanière se taillent juste après la floraison. Pour celles qui fleurissent en été ou en automne, tout est affaire de bon sens : lorsque le feuillage semble fatigué, fin juin souvent, le rabattre lui permet de repartir de plus belle.

Quelles plantes choisir ?

La hauteur du rosier va vous guider. S’il ne dépasse pas 60 cm de hauteur, choisissez des couvre-sol assez ras. S’il monte à 1,50m, choisissez des plantes qui forment de belles touffes exubérantes. Et bien sûr, harmonisez les teintes entre elles.

Parmi nos préférées

  • Autour des petits rosiers : œillets mignardises, érigerons karvinskianus, iberis, corbeille d’or …
  • Autour des rosiers moyens : Santoline verte, camomille romaine, géranium Brookside, lavandes …
  • Autour des grands rosiers : Marguerites de printemps, gauras, marguerites d’automne, graminées, sauges microphylla, géraniums vivaces, gypsophiles …
Open post
Rosiers plantation entretien maladies jolis plantes Blog Delbard

Obtenir de jolis rosiers dans son jardin

Vous avez l’impression que vos rosiers font grise mine et vous voulez leur rendre toute leur beauté ? Suivez nos conseils rapides pour donner à vos rosiers le petit coup de pouce dont ils ont besoin !

Le commencement lorsque l’on souhaite des rosiers dans un jardin

Tout d’abord, vous devez choisir un rosier qui correspond à vos goûts personnels (parfums, couleurs, formes des roses… et votre espace de jardin ou de balcon disponible… Avant de planter vos rosiers, vous devez choisir le bon emplacement ! Eh oui, c’est très important ! A noter que ces plantes aiment les endroits bien ensoleillés avec, en règle générale, un sol profond et riche. Il faut que vos rosiers puissent respirer. Il est donc primordial de le placer dans un lieu assez dégagé pour qu’il puisse grandir en bonne santé.

Les étapes à suivre pour entretenir les rosiers

Pour une belle floraison, supprimez les boutons en surnombre des rosiers à grosses fleurs pour rendre celles-ci encore plus majestueuses. Arrosez régulièrement au pied jusqu’à l’automne, sans mouiller le feuillage, les rosiers nouvellement plantés. Ensuite, binez le sol afin de l’ameublir et d’éliminer les mauvaises herbes. Enlevez les gourmands qui se développent sous le bourrelet de la greffe. Paillez les massifs et les plates-bandes.

Supprimez les fleurs fanées au fur et à mesure : coupez au-dessous de la fleur fanée à 4 ou 6 feuilles (tailler au-dessus d’une feuille tournée vers l’extérieur du rosier) et surtout supprimez les feuilles contaminées (sur le rosier et au sol).

Rosier jardin conseils maladies traitements insectes soins Blog Delbard

Des rosiers bien choisis, bien plantés et bien soignés sont moins sensibles aux maladies

Traitez les maladies des rosiers naturellement : il suffit d’être vigilants et de réaliser des traitements préventifs et réguliers. Instaurez un traitement curatif dès le moindre symptôme de maladie. Même si de nombreux rosiers sont résistants aux maladies, certaines variétés peuvent être sensibles à :

  • La rouille, provoquée elle aussi par un champignon. Elle se manifeste par des pustules orange poudreuses sous les feuilles, ou encore des auréoles rougeâtres sur le dessus des feuilles,
  • Les taches noires, provoquées par un champignon (le Marsonia) qui frappe surtout lors des périodes chaudes et humides,
  • La chlorose, qui provoque un jaunissement des feuilles, signalant un manque de fer. Elle intervient le plus souvent en terrain calcaire sur un rosier qui n’a pas été greffé sur un porte-greffe adapté,
  • L’oïdium, maladie due à un champignon, se manifestant par une sorte de feutrage blanc sur le feuillage. Les attaques ont souvent lieu dès avril, lorsque l’humidité règne encore au jardin, puis de nouveau à l’automne.

De plus, les rosiers sont particulièrement sensibles aux attaques de pucerons. Respectez scrupuleusement les règles de plantation et d’entretien de vos rosiers de votre conseiller-vendeur lors de votre achat de rosier. Selon votre région et la météo du moment, il saura vous guider pour soigner le mieux possible vos plantations.

Open post
potager-blog-delbard-jardin-conseils

Au potager en Septembre

Qu'est ce qu'on fait en Septembre ?

Tour du potager en Septembre !

Le pesto avec le basilic du potager

Plantez les fraisiers : Même en automne !

Ce mois-ci en quelques mots...

En septembre le Potager Facile se repose...

On réalise avec Kiki uniquement quelques récoltes, notamment de tomates qui sont maintenant bien rouges.

Les aromatiques ont bien poussé, on en a d'ailleurs profité pour faire un Pesto Maison : allez voir notre vidéo pour le réaliser !

Les piments et les poivrons continuent aussi de pousser. On les récolte au fur et à mesure.

Ce mois de septembre est le plus calme dans notre grande aventure "Mon Potager Facile".

Les récoltes sont denses mais on préfère souvent se recentrer un peu sur les fleurs quand on voit les jours d'automne qui arrivent.

Pour ceux qui veulent quelques idées d'inspiration, n'hésitez pas à regarder nos vidéos sur les balconnières d'Automne ! On vous donne toutes les astuces pour réaliser de belles balconnières. 

On vous retrouve dans l'automne pour planter les salades et les choux ! 

Et n'oubliez pas, on attend toujours vos questions en commentaires sourire-delbard-blog-jardin-astuce

Le conseil de l'expert

Malgré la chute des températures, continuez d'arroser vos plants de tomates.

Si certains de vos semis ont terminé de donner ou alors ont avorté, nettoyez votre bac pour vous préparer au semis des choux et des salades d'automnes et d'hiver.

Au jardin en général et au verger, n'hésitez pas à mettre un peu de bouillie bordelaise dès la chute des feuilles. Cela limitera l'apparition des maladies au printemps.

Et de plus près ça donne quoi ?

Open post

Laurier rose : tout savoir sur l’arbuste méditerranéen

L’histoire du laurier rose

Originaire des régions du pourtour méditerranéen, le laurier rose ‘Nerium oleander’ est un arbuste à feuillage persistant et à la floraison estivale. Il est pour beaucoup le symbole de vacances au bord de la mer.
Les couleurs de ses fleurs simple ou double sont variées : rouge, rose, saumon, jaune et blanc. Certaines variétés sont même parfumées. La floraison débute en mai dans les régions méditerranéennes et se prolonge jusqu’en octobre.

blog delbard plante laurier entretien histoire conseils

La plantation et l’entretien de votre arbuste

Le laurier rose est une plante dite d’orangerie. En effet, cette dernière est rustique et peut résister jusqu’à -5°C et -12°C selon les variétés. Il est possible de la planter en pleine terre dans les régions à hivers très doux : pourtour méditerranéen et côte Atlantique.

Le laurier rose est de culture facile et a besoin d’une exposition chaude ainsi que d’une terre riche bien drainée ! Cela lui permet de se développer et de fleurir généreusement. De plus, cette méthode permet de favoriser un bon enracinement.
Pour une culture en bac ou en pot, il convient d’arroser régulièrement. En outre, il ne faut pas oublier de faire des apports d’engrais pour stimuler une abondante floraison quelque soit son âge.

conseil jardin blog delbard plante

L’astuce Delbard : au fur et à mesure, il convient de supprimer* les fleurs fanées. En effet, pour garder une belle forme à l’arbuste, il est parfois nécessaire d’effectuer une taille* juste après la floraison. Elle consiste à raccourcir de moitié la longueur des branches les plus vigoureuses.

Dans les régions à hivers froids, il faut privilégier la culture en bacs ou en pots pour la décoration des terrasses et balcons. A l’approche des premières gelées, penser à rentrer la plante en serre froide ou en véranda (10/12°C). En effet, un hiver plus rigoureux qu’à l’accoutumé peut faire des dégâts plus ou moins importants. Au printemps il faut tailler* sévèrement toutes les branches à environ 15 cm du sol.

S’il est impossible de placer le laurier rose à l’abri pour l’hiver, une protection s’impose: paillez le pied de feuilles mortes, de compost ou de paillettes de chanvre. Par ailleurs, pensez à l’envelopper avec un voile d’hivernage. De plus, si vous souhaitez mettre votre plante à l’intérieur, les arrosages doivent être réduits sans apport d’engrais.

Attention, le laurier-rose ‘Nerium oleander’ est très toxique (toutes les parties de la plante le sont) et ne doit pas être confondue avec le laurier sauce ‘Laurus nobilis’.


entretien-hamamélis-plante-jardin-blog-delbard

L’astuce Delbard : il est recommandé de porter des gants et de désinfecter les outils de coupe après utilisations et de bien se laver les mains après chaque contact.

Posts navigation

1 2 3 4 5 6 7 15 16 17
Scroll to top