Open post
cyclamen-blog-delbard-jardin-conseils-article

Le cyclamen : La plante d’automne par excellence !

Le cyclamen, vous connaissez ?

Une plante fleurie tout l’hiver, c’est l’idéal. Parfois un peu tristes et gris, les jardins d’hiver sont laissés à l’abandon…

Pourtant, le cyclamen c’est la plante idéale pour avoir un jardin fleuri et coloré en hiver.

Que ce soit en jardinière, en pot ou en plante d’intérieur, le cyclamen trouvera forcément sa place à la maison !

histoire-plante-blog-jardin-conseils

Histoire du cyclamen

De la même famille que les primevères, le cyclamen vient d’Europe centrale et du bassin méditerranéen.

À l’état sauvage, on compte plus d’une vingtaine de variétés de cyclamens.

Dans le langage des fleurs, le cyclamen signifie l’attachement fort et sincère.

 

blog-delbard-jardin-gazon

Les variétés de cyclamen

Aujourd’hui, il est possible de trouver des cyclamens de couleurs et de tailles différentes. Du blanc au rouge ou du rose au pourpre, il existe des multitudes de variétés. Même les pétales, qui étaient de couleur unique dans leur état naturel, peuvent maintenant, grâce à l’hybridation des variétés, être striés, bordés d’un liseré ou encore à motif panaché. Vous trouverez forcément la variété qui vous plaira !

Malgré son apparence un peu fragile, cette plante vivace est particulièrement résistante au froid.

La floraison du cyclamen apparaît entre octobre et février, de quoi garantir un jardin fleuri ou encore une très belle plante intérieure.

soins-entretien-plante-blog-delbard-jardin

L’entretien du cyclamen

Même si elle est rarement choisie par les jeunes jardiniers novices, cette plante n’est pas spécialement très difficile d’entretien. Elle a cependant 3 ennemis : l’air sec, l’excès d’eau et l’excès de chaleur.

Le cyclamen se plaît en pot aussi bien dans le jardin que dans la maison. Si vous choisissez de le placer dans la maison, préférez une pièce fraîche (vers 16°C) et un emplacement bien éclairé mais sans soleil direct. Évitez donc les rebords de fenêtre. Pour garder un bon taux d’humidité, vous pouvez placer votre pot sur une soucoupe avec du sable humide. Il vous suffit ensuite de cacher la soucoupe dans un cache-pot.

Arrosez votre plante 2 à 3 fois par semaine en attendant que la terre soit sèche entre chaque arrosage. Faites bien attention à l’excès d’eau et veillez à ce que la terre ne soit pas imbibée trop longtemps (préférez l’arrosage par le bas du pot plutôt que par le dessus).

 

idée-saviezvous-blog-delbard-jardin-conseilsLe saviez-vous ? idée-saviezvous-blog-delbard-jardin-conseils

Le cyclamen est une plante toxique ! Elle contient de la cyclamine qui peut provoquer des nausées, des vomissements ou encore une paralysie musculaire. Tenez-la donc à distance des enfants et des animaux.

 

Avec ces conseils, c’est un beau cyclamen assuré chez vous ! sourire-delbard-blog-jardin-astuce

 

Open post
Chataignes-blog-delbard-jardin-astuces-conseils

La Châtaigne

feuille-blog-delbard-jardin-conseilsConnaissez-vous réellement bien la châtaigne, ce délicieux fruit sec ?Baies-blog-delbard-conseils-jardin-

chataignes-blog-delbard-jardin-conseils

Origine de la châtaigne

Étymologie : Châtaignier vient du latin castanea, lui-même dérivé du grec kastanon.

À noter que Castanea était le nom du chêne avant de désigner le châtaignier ! La châtaigne est probablement originaire d’Asie mineure, elle est présente en Europe depuis longtemps et on l’a retrouve notamment sur plusieurs sites archéologiques.

Elle est le fruit du châtaignier, que l’on dénommait « arbre à pain ». En effet, la châtaigne a longtemps représentée une ressource alimentaire importante, elle remplaçait souvent les céréales. C’était particulièrement le cas dans le Massif Central, mais également au Portugal ou en Italie.

C’est un akène, un fruit sec à une seule graine, à l’instar de la noisette ou du gland.

Ses racines noueuses en ont fait un symbole de virilité. La châtaigne est longtemps passée pour un aphrodisiaque.

feuille-rouge-blog-delbard-jardin-conseils

Nutrition

La châtaigne riche en amidon est un concentré d’énergie ! Elle s’avère particulièrement intéressante pour les sportifs grâce à ses apports élevés en potassium et en fer, éléments dont le besoin augmente avec l’activité physique. La châtaigne est également une bonne source de magnésium.

Le châtaignier peut atteindre 40 m de haut et vivre plusieurs centaines d’années. Il croît plutôt en climat frais et craint les longues périodes de sécheresse estivale. Le châtaignier se contente de sols pauvres ou sableux mais ne se plait pas en terrain calcaire.

feuille-verte-blog-delbard-jardin-conseils

Quelques variétés…

Le châtaignier « Dorée de Lyon »

Gros fruit brillant à très bonne qualité gustative. L’arbre a une mise en fruit rapide et il est résistant à la rouille.

Le châtaignier « Marigoule »

Ce châtaignier donne des châtaignes moyennes à grosses qui se conservent bien. L’arbre à une croissance rapide. Fructification semi-précoce.

Le châtaignier préfère les sols acides, profonds, frais et pauvres.

feuille-jaune-blog-jardin-delbard

Coté Cuisine

Le Velouté de potimarron et châtaignes

(Pour 4 personnes)

  • · 1 potimarron de 500 g
  • · 1 cube de bouillon de légumes bio
  • · 200 g de châtaignes cuites
  • · sel, poivre

1. Coupez le potimarron en cubes, en gardant la peau.

2. Mettez les cubes de potimarron dans une casserole et couvrez-les d’eau. Faites cuire 25 min avec le cube de bouillon de légumes. Quelques minutes avant la fin de la cuisson, ajoutez les châtaignes. Vous pouvez en réserver quelques unes et les émietter pour les servir sur le velouté.

3. égouttez le potimarron et les châtaignes en réservant le liquide de cuisson. Passez-les au presse-purée et ajoutez peu à peu le liquide de cuisson, jusqu’à avoir la consistance souhaitée. Le mélange doit être onctueux.

4. Versez le velouté dans des bols individuels et répartissez les châtaignes réservées.

Open post

La plante du mois d’octobre

pensées-jardin-fleurs-automne-octobre-plantation-conseils-blog-delbardLes penséespensées-jardin-fleurs-automne-octobre-plantation-conseils-blog-delbard

Les pensées : une floraison abondante en automne!

Tout change très vite dans le jardin en octobre. Les arbres perdent leurs feuilles et les plantes fleuries d’été et plantes vivaces arrivent en fin de floraison. Mais c’est sans compter les pensées. Ces dernières se sentent très bien lorsque la température est plus basse et fleurissent alors abondamment jusqu’à l’arrivée de l’hiver.

Et après? Ensuite, elles continuent joyeusement de fleurir. Les pensées ne se laissent pas impressionner par les intempéries mais mettent au contraire de la couleur et de l’ambiance pendant les journées parfois sombre de l’automne et de l’hiver.

 

La pensée: floraison persistante et plaisir redoublé!

Ce n’est pas un hasard si la pensée d’automne est l’une des plantes les plus utilisées dans le jardin. En pleine terre, en bacs ou en pots sur le balcon ou la terrasse, la pensée fleurit partout durant des mois. Un peu moins en hiver lorsqu’il fait très froid mais de nouveau en abondance dès le printemps. En plus, les pensées sont très variées et peuvent vous créer un jardin vraiment différent des autres. Les pensées avec des yeux, des tâches ou des dessins de visages accentuent parfois les contrastes dans la fleur. Il en existe à grandes et à petites fleurs, ainsi que de plus en plus de variétés à fleurs doubles. Il existe même des pensées retombantes magnifiques dans une coupe ou au mur dans un sac. De jolis noms tels que Géantes Hollandaises, d’Aalsmeer ou Suisse sont célèbres chez les pensées à grandes fleurs et la Viola Cornuta est très populaire chez celles à petites fleurs.

 

Associer mes pensées !

Il y a un vaste choix pour fleurir le jardin de pensées en octobre. Les plantes se combinent parfaitement avec d’autres plantes d’automne telles que Calluna, Gaultheria ou Skimmia. Et au printemps, la fête est complète dans le jardin si vous plantez des bulbes à fleurs en plusieurs couches entre les pensées. Les pensées plantées dans le jardin en octobre fleuriront alors en même temps que les bulbes de printemps, provoquant une véritable explosion de fleurs. Le plaisir est double!

 

Les soins à apporter à la pensée

Une pensée est particulièrement facile à soigner. Qu’elle soit en pleine terre, dans un bac ou un pot, elle fleurira en fait partout!
Il suffit de suivre quelques conseils pratiques pour que la pensée reste dans une forme optimale. Il est important de lui donner un emplacement semi-ombragé à ensoleillé. Planter la plante dans un terreau fertile et l’arroser régulièrement.
Lorsque la température est supérieure à zéro, la pensée continue de croître et de fleurir et a alors besoin d’un peu d’engrais deux fois par mois pour stimuler sa floraison. Retirer les fleurs fanées contribuera également à une floraison plus abondante. Après la floraison, les pensées peuvent être remplacées par de magnifiques plantes annuelles d’été.

 

Open post
Blog-delbard-jardin-conseils-astuces-hortensia

Comment bien associer l’Hortensia ?

J’aime tellement leur floraison conique opulente et généreuse en fin d’été que j’en mets dans la plupart des massifs.

Associer l’hortensia

Les plantes d’ombre ou mi-ombre (soleil du matin ou du soir) sont des compagnons tout indiqués : Bambous sacrés (Nandina), Aucuba, Fuchsia, Sarcococca, Azalées japonaises et mollis, Rhododendrons. Vous pouvez encore choisir les Andromèdes du Japon (Pieris), Hortensias, Camélias, Hamamelis, Magnolias, Loropetalum, Laurier des Montagnes (Kalmia), Corylopsis, Laurier-tin (Viburnum tinus), Corète du Japon (Kerria)…

Un tel massif fleurira de la fin de l’hiver au début de l’été. Des bruyères plantées au pied de ces arbustes pourront compléter le tableau avec une belle floraison en automne-hiver. On peut aussi agrémenter le tout de fougères pour donner un air naturel à l’ensemble. Un peu de plantes vivaces et de déco pour une ambiance de rêve.

Donner du volume à l’hortensia en bac

Vous pouvez, par exemple, planter dans un large bac un Hortensia arbustif (ou paniculé), accompagné d’une fougère, d’une Heuchère à feuillage coloré (caramel, citron ou pourpré, marbré ou vert pour plus de naturel) et d’un Nandina. Ce dernier, également appelé bambou sacré, garde ses feuilles allongées, se colore sur les pousses de rouge et peut porter des fruits rouges en hiver. Il en existe des variétés compactes au feuillage coloré attractif toute l’année. Cette association vous offrira un magnifique contraste entre les fleurs de l’hortensia et les feuillages colorés des arbustes sélectionnés. Quelques dalles passant à côté du bac entourées de graviers pourraient mener à une petite table, havre de paix pour une détente assurée, à la lumière des bougies…

L’hortensia en pleine terre

En pleine terre, vous pouvez planter un hortensia arbustif accompagné de plusieurs éléments. Par exemple une petite azalée japonaise fleurie vers avril-mai, un tapis de bruyères d’hiver… Un Laurier-tin (Viburnum tinus) pour fleurir en automne-hiver et un Corète du Japon (Kerria) pour fleurir d’avril à juin. On peut rajouter des plantes vivaces comme un Lamier couvre-sol à feuillage persistant panaché, maculatum ‘Album’ ou ‘White Nancy’ et le Brunnera ‘Jack Frost’ à feuilles marbrées et fleurs bleues de myosotis. Une attractivité toute l’année !

Hortensia ou… Hydrangea Paniculata

Les Hortensias paniculé sont faciles à planter et faciles à réussir. Il vous suffit de mélanger de la terre de bruyère à la terre. Je conseille aussi de mettre du compost en surface du sol et de recouvrir le tout de paillage.

Ils peuvent également être plantés dans des pots 2 à 3 fois plus grands que la motte d’origine. Plus le pot est grand, plus ils se plairont longtemps dedans. Assurez un bon drainage. Au fond du pot à l’aide d’une couche de graviers, pouzzolane ou billes d’argile de 5 à 10 cm d’épaisseur. L’ajout d’un tiers maximum de bonne terre au terreau aide à garder le frais et à ré-humecter plus facilement la motte.

 

A vos plantations !

hortensia-coach-conseils-jardin-astuce-blog-delbard

Open post
crepes-pommes-blog-delbard-jardin-conseils-recette

Les crêpes aux pommes flambées

crepes-blog-delbard-jardin-cuisine-recette-astucesDe délicieuses crêpes aux saveurs normandes…

Ingrédients pour les crêpes normandes :

  • 125 g de farine fluide
  • 2 œufs
  • 50 g de beurre
  • 50 g de sucre
  • 30 cl de cidre doux ou 30 cl de lait entier
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • Garniture pour 1 crêpe:
  • 1 pomme Tentation : idéale pour réussir votre recette !
  • 30 g de beurre
  • 10 g de sucre
  • 1 cuillerée à soupe de crème fraîche
  • 2 cuillerées à soupe de calvados

Pomme

Préparation des Crêpes aux pommes flambées

Mettez la farine, le sucre et la levure dans un saladier et incorporez-y les œufs entiers.

Mélangez énergiquement à l’aide d’un fouet et versez le beurre fondu et le cidre petit à petit. Laissez reposer la pâte au moins 30 minutes.

Épluchez la pomme et coupez-la en lamelles. Mettez-les dans une poêle avec le beurre et le sucre à feu doux. Faites-les légèrement caraméliser. Ajoutez la crème fraîche et remuez délicatement jusqu’à ce que cela soit bien mélangé.

Préparez les crêpes dans une poêle ou une crêpière antiadhésive. Faites ensuite fondre une noisette de beurre dans la crêpière, puis posez-y une crêpe. Garnissez-la avec la préparation à base de pommes.

Ramenez les bords de la crêpe vers le centre et glissez-la sur une assiette plate.

Enfin, réchauffez le calvados, flambez-le avec une allumette et versez-le sur la crêpe. Servez aussitôt.

Ces crêpes se dégustent chaudes, accompagnées d’une glace aux pommes ou à la vanille.

Un vrai délice !

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.

Open post

L’atelier de la Sainte-Catherine

" À la Sainte-Catherine, tout bois prend racines "

Alors nous, en tant que spécialiste du végétal, on a décidé de vous montrer les étapes phares pour la réussite de la plantation d'un fruitier. 

Il vous faut seulement quelques outils et produits, un peu d'huile de coude et bien sûr un fruitier en racines nues ! sourire

Suivez notre pas à pas !

Open post

La soupe au potimarron

potimarron soupe

La soupe au potimarron ? C’est de saison !

Dehors, il commence à faire bien froid et chez certains d’entre vous, la neige a même déjà pointé le bout de son nez.
Alors pour vous réchauffer, on a décidé de partager avec vous notre recette de soupe au potimarron : toute simple mais tellement bonne !

Cette recette peut valoir comme une entrée ou alors comme un plat en fonction de votre faim…

potimarron soupe

Pour 4 personnes, il vous faut :
– 1 potimarron,
– 2 cubes de bouillon de poulet,
– sel, poivre,
– un peu de crème fraîche (à votre convenance).

potimarron soupe

Pour la recette, c’est très simple :
Coupez le potimarron en quatre morceaux et mettez-les sur le feu dans de l’eau bouillante pendant environ 30 minutes,
Sortez-les de l’eau et retirez-leur la peau (plus facile à enlever grâce à la cuisson),
Récupérez un peu d’eau bouillante, mettez-la dans un bol et faites fondre les deux cubes de bouillon. Pendant ce temps, mettez la chair du potimarron dans un mixeur avec un peu d’eau de cuisson.
Ajoutez l’eau des cubes de bouillon, du sel et du poivre.
Mixez bien afin d’obtenir la consistance d’une soupe.
Rajoutez ensuite, à votre convenance, de la crème fraîche ce qui rendra la soupe plus gourmande.

D-É-G-U-S-T-E-Z ! sourire

Open post
travaux arrosoir

Les travaux du jardin en novembre

  planter travaux

Novembre : le mois des plantations !

« Quand en novembre il a sonné, l’hiver est avorté » ou « Tonnerre de novembre remplit le grenier »

En général

Plantez en automne : c’est bien mieux !

Cette saison correspond au repos de la végétation pour assurer des plantations réussies. En plantant à l’automne, de façon générale, vos plantes seront mieux racinées et vous pourrez vous contenter d’apports en eau réduit l’été suivant : un geste tout simple pour la planète ! Tant qu’il ne gèle pas et que le sol n’est pas détrempé, vous pouvez continuer en décembre voire janvier.

En novembre, l’ensoleillement diminue de 25 à 50% du Sud au Nord par rapport à octobre !

Votre jardinerie vous aide à composer un jardin à votre goût et surtout qu’il puisse rester beau, rythmé par des haies, des bordures, des feuillages persistants…Pensez- y, vous avez tout l’hiver pour planter à foison !

– Bulbes : En les plantant tout au long de l’automne, vous obtiendrez, selon les variétés de tulipes, de jacinthes, de crocus, de narcisses… une longue floraison de la fin d‘hiver au printemps.

– Rosiers : En décidant de planter un rosier à l’automne, vous lui ferez gagner en robustesse. Il sera mieux armé pour affronter l’été suivant et vous assurera une floraison précoce et plus abondante.

– Arbres et arbustes d’ornement : Planter ou transplanter un arbuste à l’automne améliore la reprise et leur assure un bon développement.

– Haie : En plantant à l’automne, vous optimisez sa reprise et vous favorisez sa croissance en taille et en volume.

– Fruitiers : Planter un arbre fruitier à l’automne permet tout simplement de gagner une année de récolte ! Donc des fruits en plus (économie assurée) et du goût assuré !

Blog-delbard-maison-jardin-conseils

A la maison

– Forcez des bulbes pour fleurir votre hiver et avoir le printemps avant l’heure dans votre maison ! Ils doivent être plantés depuis au moins 10 semaines à l’extérieur ou laissés 5 semaines dans le bac de votre réfrigérateur pour un bon démarrage. Entre décembre et janvier , rentrés dans la maison à une température de 18 à 20°C, la montée à floraison est assurée…(jacinthes, amaryllis, tulipes…).

– Décorez et fleurissez votre séjour ou votre pièce préférée avec un cyclamen, notre plante du mois !

– Si l’atmosphère de votre pièce est sèche, vaporisez quotidiennement le feuillage de vos plantes vertes et placez le pot sur un lit de billes ou de cailloux humides.

– Fertilisez votre plante tous les 15 jours en période de croissance.

– Pour l’été de la Saint-Martin, changez le décor végétal de votre intérieur en venant découvrir un large choix de compositions de plantes fleuries !

Découvrez notre collection très diversifiée d’orchidées et voici quelques règles de base pour bien les soigner :

Emplacement des orchidées : elles apprécient une bonne luminosité. Placez vos plantes dans un endroit lumineux, tout en évitant les rayons directs du soleil. Evitez également les atmosphères surchauffées. Une aération modérée est souhaitable mais sans courants d’air.

Hygrométrie (humidité de l’air) : Pour éviter les problèmes causés par une atmosphère trop sèche, placez vos plantes à l’écart de toute source de chaleur (radiateur) et mettez-les sur des soucoupes d’eau remplies de gravier ou de billes d’argiles (pour éviter que le pot ne trempe dans l’eau). Des pulvérisations sur le feuillage et sur la surface du compost seront bénéfiques en période chaude.

Autres travaux :

– Dégermez les pommes de terre

– Pensez à fumer vos agrumes (citronniers, kumquat,)…pour restituer à la terre les éléments puisés par votre arbre

– Les plantes méditerranéennes, lauriers roses et agrumes doivent, dans la plupart des régions, être hivernées dans un local frais de 10°C et assez lumineux (vérandas, garages ou entrée munis d’une fenêtre). Toujours maintenir le substrat humide pendant cette période froide.

Poireaux-blog-delbard-jardin-conseils

Au potager

-C’est la saison des labours surtout nécessaires en terrain lourd et argileux.

Tant qu’il ne gèle pas trop en début de saison ou dans les régions clémentes, abritez vos derniers légumes sous des voiles d’hivernage.

– Récoltez la mâche, les épinards, les laitues pommées et après les premières gelées, les variétés d’hiver de chou de Bruxelles. Commencez par les pommes du bas des tiges. Coupez les rameaux de l’estragon à 10cm du sol. Couvrez avec une bonne couche de feuilles sèches ou de la paille puis d’un voile d’hivernage.

– Blanchissez les chicorées, les cardons et les céleris à côtes.

– Nettoyez les pissenlits, buttez-les ou posez des pots opaques sur les pieds.

– Les choux : les plus résistants (choux de Bruxelles, choux de Milan) n’ont pas besoin de protection.

– Les poireaux : un paillage du sol permet d’empêcher le sol de geler ce qui facilite considérablement la récolte par arrachage.

– Semez, dans le midi, les pois mangetout et les pois à grains ronds. Plantez de l’ail en terres légères.

– Dès ce mois, venez acquérir dans votre jardinerie le calendrier lunaire : une aide pour optimiser vos récoltes au potager et dans votre jardin.

 

Verger-blog-delbard-fruit-fruitier-jardin

Au verger

– S’il n’a pas encore gelé, récoltez les derniers fruits, pommes, poires, kiwis, coings.

Isolez les coings pour qu’ils ne parfument pas les autres fruits.

Après les premières gelées, récoltez les nèfles communes et les kakis. Placez les fruits sur un lit de paille et consommez-les dans quelques semaines.

– Plantez les fruitiers à racines nues : enrichissez la terre avec du compost et de la corne broyée. Tuteurez les demi-tiges et n’enterrez pas le point de greffe. Apportez 1 à 2 arrosages.

Quand toutes les feuilles des fruitiers sont tombées, pulvérisez à nouveau à la bouillie bordelaise.

– Plantez aussi des cassissiers, des framboisiers, des groseilliers, des muriers (ronces) et des myrtilles lorsque le sol n’est pas gelé !

Supprimez les vieux bois des cassissiers et des groseilliers.

– Traitez vos arbres et arbustes

C’est en hiver et au début du printemps qu’il faut mener les contre-offensives pour déloger les ennemis des arbres fruitiers là où ils se trouvent : dans les écorces et les écailles des bourgeons. Mais le plus naturellement possible, sans nuire à votre santé et à l’environnement.

 Badigeon et brossage

Commencez par brosser les troncs et les grosses branches charpentières pour enlever la mousse, les écorces mortes et les lichens qui peuvent abriter des œufs et larves de ravageurs. Puis appliquez un badigeon à base de chaux (prêt à l’emploi acheté dans votre jardinerie). Le but est d’asphyxier les formes hivernantes des ravageurs.

Coupez les fruits momifiés

Ce sont les fruits desséchés encore accrochés aux branches. Ils portent des germes de maladies (moniliose) prêts à envahir les jeunes pousses au printemps suivant.

– Balayez les feuilles mortes sous les arbres. L’objectif est qu’aucune feuille ne subsiste sous les arbres en fin d’hiver pour éviter la projection de spores (sorte de graines) des champignons parasites sur les jeunes pousses printanières.

– Comment choisir ses fruitiers… Il faut que ce choix soit judicieux. La priorité est de choisir des fruitiers dont la taille adulte correspond à la taille de votre jardin. En toute logique ne plantez pas des arbres ou arbustes dont la récolte se fait en août si, tous les ans, vous êtes absent à cette époque. Ne plantez pas une variété au petit bonheur. Pendant des dizaines d’années, vous allez récolter des fruits et il faut qu’ils vous plaisent. Goûtez-les avant de planter !

– Plantez un fruitier nain : si vous ne disposez que d’un petit jardin, d’un balcon ou d’une terrasse, ne renoncez pas pour autant au plaisir de récolter vos propres fruits : les fruitiers nains s’accommodent très bien de la culture en pot.

  • Offrez un figuier qui se contente d’un volume de terre réduit et qui peut lui aussi être installé dans un pot.
  • Les fruitiers comme pruniers, pêchers et cerisiers se prêtent également à la vie en pot.
  • Votre jardinerie vous propose aussi toute une gamme d’agrumes (oranger, clémentinier, mandarinier, citronnier, kumquat), qui fructifient facilement en pots, à condition d’avoir la possibilité de les mettre sous abri à l’automne dès les premiers froids, jusqu’en mai (idéalement, dans une pièce lumineuse avec une température nocturne de 7 à 12°C).

Il est important de choisir des variétés auto-fertiles, surtout si votre fruitier nain est isolé.

La plupart des petits fruits s’autofécondent sans problème, mais les pommiers, les poiriers, certains pruniers et presque tous les cerisiers sont moyennement auto-fertiles et doivent avoir une pollinisation croisée avec d’autres arbres fruitiers pour donner des fruits en abondance.

– contre les maladies cryptogamiques, pulvérisez de la bouillie bordelaise sur les arbres et les feuilles tombées !

– plantez arbustes à petits fruits et arbres fruitiers.

Bêchez ou labourez la terre au pied des arbres pour la décompacter. En terre meuble, régulièrement paillée, cette opération n’est pas indispensable : c’est également le moment d’enfouir un engrais pour arbres fruitiers afin de renouveler les réserves de nourriture à l’issue d’une saison de production.

Toute plantation d’arbre doit être accompagnée d’un bon tuteurage avec collier.

balcon-blog-delbard-jardin-conseils

Aux fenêtres, balcons et terrasses

– Après les premières gelées, arrachez les bégonias, dahlias, cannas et glaïeuls et terminez la plantation des hémérocalles et pivoines à racines nues.

S’il n’a pas encore gelé, récoltez les derniers fruits, pommes, poires, kiwis, coings.

– Plantez un pernettya aux baies roses dans un pot avec une terre de bruyère : elle fera merveille en compagnie des bruyères et pensées cornuta. Les callunes teintées sont rustiques et les bruyères Erica carnea existent en différents coloris naturels qui vont du rose tendre au rouge ou encore au blanc et qui offrent parfois un feuillage naturellement coloré de jaune, bien plus lumineux et naturel que les plantes teintées.

– Fusains, skimmias, pivoines, sedums et saxifrages sont aussi des végétaux très ornementaux pour vos balconnières d’hiver.

– Investissez dans une mini-serre : à défaut de disposer d’une grande surface permettant une serre ou un châssis, vous pouvez investir dans du petit matériel pour hâter vos cultures et réussir vos semis. Mini serres, châssis légers, serres chauffantes…

– Achevez la plantation des bulbes à floraison printanière sous vos plantations de bisannuelles : pensées, myosotis, pâquerettes.

– Protégez du froid toutes les plantes frileuses avec des voiles d’hivernage.

 

Pour les balconnières d’hiver, c’est tout aussi simple. 

Votre jardinerie vous propose de réaliser des balconnières opulentes et généreusement plantées.

Nous vous conseillons d’installer

– trois plantes dans une coupe de 25 cm

– cinq dans une jardinière de 50 cm

– huit dans une jardinière de 80 cm.

Pour un drainage parfait au cours de l’hiver, un lit de 3 cm de gravillons ou de billes d’argile est idéal au fond du bac.

C’est un jardin à part entière : composez le décor en mélangeant des plantes d’aspects différents qui occupent tout l’espace

Alternez toujours une plante érigée à côté d’espèces plus basses : votre composition plus rythmée si vous utilisez aussi différentes couleurs et textures de feuillage.

Des lierres de différents feuillages sont des plantes retombantes pour dissimuler en partie le bac.

Les proportions de votre contenant sont équilibrées par rapport au volume des plantes que vous choisissez, mais un grand pot est toujours préférable, car la terre s’y dessèche moins vite.

Plusieurs types de contenants vous permettent de marier formes et matériaux.

– Faites-vous plaisir avec des compositions prêtes à poser !

Lorsque les jours raccourcissent, nous nous replions sur l’intérieur de la maison et nous avons tous besoin de l’effet stimulant d’une jolie jardinière d’automne comme décor, à proximité des fenêtres, pour profiter d’un peu de nature.

 

Fleurs-ornement-blog-delbard-jardin

Au jardin d’ornement

Les oiseaux de nos jardins heureux, même en hiver !

Que vous habitiez à la campagne, en banlieue ou en ville, il est probable que votre jardin abrite des espèces d’oiseaux : vos jardins deviennent de véritables oasis pour vos compagnons d’hiver.

En proposant un assortiment judicieux d’arbres et arbustes, en proposant des abreuvoirs (eh oui ! L’eau est rare pour les oiseaux en hiver à cause du gel), en présentant un ou deux nichoirs, et surtout en apportant la bonne alimentation dans une mangeoire bien placée, votre jardinerie avec son conseiller-vendeur vous aide ainsi à contribuer indirectement à entretenir la biodiversité de votre jardin.

 

Conseils de base 

– Plus la nourriture est disponible et régulière, plus le lieu est attractif pour les oiseaux ! – L’eau permet les bains favorisant l’entretien du plumage et constitue une boisson de bienvenue au jardin surtout pour les granivores plus assoiffés que les insectivores.

– En hiver, l’eau sera d’autant plus importante pour les granivores mangeront des graines ou semences plus sèches.

– Importance du lieu de fixation du nichoir ou de la mangeoire.

– Le jardin doit être un site accueillant et tranquille.

– N’hésitez pas à garnir une ou deux balconnières sur votre balcon spécial « Oiseaux des jardins ».

« A la sainte Catherine, tout bois prend racine » Le sens premier de ce proverbe était : vous réussirez le bouturage de vos arbres à cette période. Que se passe-t-il vraiment en ce jour du 25 novembre ? Rien de bien différent de la veille ou du lendemain…plus sérieusement, les grands froids hivernaux ne sont pas encore arrivés en cette période : des gelées moins fortes que celles de janvier ou de février se manifestent ponctuellement. Les arbres à racines nues plantés en automne ont le temps de bien s’installer : les racines se développent alors que les arbres sont en repos végétatif et profite du sol encore un peu chaud pour développer son système racinaire.

Avant de planter, pensez à praliner !

Le pralinage vous garantit presque à 100% la reprise des arbres et arbustes plantés à racines nues. En arboriculture, on parle de pralinage depuis la fin du XIXème siècle en référence aux fameuses confiseries nommées pralines (le mot vient du nom du comte de Plessis-Praslin qui appréciait ces amandes rissolées dans du sucre caramélisé.

La bruyère

Idéale pour les régions qui ont souvent de très fortes gelées, la bruyère résistera aussi très bien à ces climats rigoureux. En revanche, elle est moins recommandée dans les régions plus sèches et plus venteuses du fait qu’elle pourrait rapidement griller. C’est une plante qui offre une floraison abondante et durable : elle pourra ainsi proposer des couleurs chaleureuses d’octobre à mai. Elle ne demande également que très peu d’entretien.

Les hellébores

Ces plantes peuvent facilement résister à la neige, au gel et à l’humidité. Bien que plantes d’hiver, elles peuvent offrir des couleurs chaudes qui viendront embellir le monument funéraire. Les hellébores font partie des rares fleurs qui s’épanouissent en hiver. Pouvant avoir des teintes pourpres et violettes, elles constituent un choix idéal pour apporter de la lumière à la pierre tombale.

Les conifères nains

De forme compacte, les conifères nains ont l’apparence de petits thuyas et peuvent offrir quelques coloris plus originaux que le vert. Dorés, argentés ou bleutés, ils peuvent facilement faire face à des températures extrêmes, pouvant aller jusqu’à -25°C.

– Le mois des plantations par excellence !

– Profitez de ces mois d’automne pour venir découvrir dans votre jardinerie des arbustes éclatants par leur feuillage. Érable du Japon, aronie, fusain ailé, fothergilla, pommier d’ornement, sumac de virginie, hortensia à feuilles de chêne, viorne plicatum et bien d’autres végétaux… – Qu’on plante un arbre, un arbuste ou bien de petites plantes, il vous faut mettre toutes les chances de votre côté et planter à bonne période. L’automne est là : c’est la meilleure saison !

– Plantez des vivaces en automne. C’est une saison charnière pour les vivaces.

Vivaces-blog-delbard-jardin-fleurs

Vivaces rustiques : elles résistent bien au gel !

L’époque est favorable à la plantation de vivaces que votre jardinerie vous propose en godets. Nous conseillons de choisir celles qui fleurissent au printemps et en début d’été. Passer l’automne et l’hiver en terre leur permettra de s’installer et de démarrer au plus tôt pour vous offrir une superbe floraison l’année prochaine !

Les vivaces frileuses

Sont à protéger. Certaines, bien qu’elles reviennent année après année, sont plutôt frileuses. C’est le cas des sauges, des penstemons, des fuchsias et des nombreuses méditerranéennes qui peuplent aujourd’hui bien des jardins situés au-dessus de la Loire…

Pour les protéger, épandez à leur pied un paillis d’écorces ou d’un autre matériau : aiguilles de pin, paillette de lin), qui ont tendance à retenir l’humidité. Vous pouvez également recourir au voile d’hivernage ou au film plastique à bulle pour protéger les sujets les plus sensibles au froid.

Marquer les emplacements avec des étiquettes : le feuillage de certaines vivaces disparaît complètement durant l’hiver. Pour ne pas risquer de les abîmer en travaillant vos massifs ou plates-bandes cet hiver, marquez dès à présent leur emplacement au moyen des étiquettes et tuteurs prévus à cet effet.

 

 Tuteurez vos vivaces

Pour que vos massifs d’arrière-saison conservent une bonne allure, n’oubliez pas de tuteurer les grandes vivaces : asters, verges d’or, rudbeckias… Les tuteurs en bambous remplissent efficacement leur office et s’intègrent très naturellement.

Le compost redonne au sol de l’humus, ce qui le rend fertile et facile à travailler.

Il améliore sa composition et régularise les échanges d’air, d’eau et de chaleur.

Emblème de la culture bio, le compost est une solution au problème des déchets. C’est donc une affaire qui nous concerne tous. C’est une opération éco citoyenne !

 

Compostez les feuilles mortes

Les feuilles sont faciles à ramasser avec un bon balai à gazon à dents plates.

Sèches, elles sont un complément parfait des déchets de cuisine et des tontes de gazon pour le gazon.

Broyez les feuilles si vous le pouvez pour favoriser la décomposition des plus grosses.

 

Plantez des bulbes

Indispensables, les bulbes qui colorent notre fin d’hiver et fêtent l’arrivée du printemps, se plantent maintenant. Installez les petits bulbes qui se naturalisent, partout, en grandes masses tapissantes, par 100 minimum.

Les autres ont leur place en massifs de bisannuelles, de vivaces, d’arbustes et en bordure. Tous peuvent se cultiver en potées et jardinières.

Avant de commencer la plantation, différenciez les bulbes qu’on laisse en pleine terre et les tulipes horticoles, à sortir de terre après la floraison. Le plus simple, pour ces dernières, c’est de les planter avec des bisannuelles, que l’on arrache lorsqu’elles sont fanées : myosotis, violette, etc.…

À installer dans la pelouse, en sous-bois clairs, en massifs : les aconits d’hiver. Les premiers, s’épanouissent parfois sous le givre et la neige, souvent en grande colonie car ils se naturalisent facilement.

Les perce-neige prennent la suite. Ces fleurs se plaisent dans toutes les situations. Quelques semaines avant l’arrivée du printemps, la ronde des crocus s’éparpille au soleil. Il en existe de nombreuses variétés, à petites ou grandes fleurs.

A l’ombre, les cyclamens se multiplient au fil des ans. Puis arrivent les tulipes botaniques, les muscaris.

De mars à mai, juchées sur des tiges bien droites, les fleurs des narcisses, en couronnes, en coupes ou en trompettes, colonisent vite prairies et sous-bois pour former d’imposants bataillons. Miniatures ou de grandes tailles, ils nous séduisent et s’installent pour la vie entière en créant une symphonie printanière.

Bulbes-blog-delbard-jardin

Pour la plantation des bulbes : le sol doit être drainé, pour qu’ils ne pourrissent pas lorsque l’hiver est très humide. Pour le côté pratique, ne paniquez pas en vous demandant à quelle profondeur les planter. À vue de nez, placez-les dans un trou qui mesure de deux à trois fois leur grosseur. Espacez-les de même afin qu’ils aient la place de se multiplier. En fin de printemps, attendez que le feuillage jaunisse avant de le couper ou de le tondre. Pour la plantation en potée, mettez-les dans un substrat composé de 2/3 terreau et 1/3 sable.

Taille : Élaguez les arbres lorsqu’ils font trop d’ombre ou se penchent un peu trop sur votre maison. Si vos olives sont mûres et tombent, il est temps de les cueillir.

lune-blog-delbard-conseils-activité-lunaire-jardin

Du côté de la lune

Rappel de base

Vus de la terre, les mouvements de la Lune obéissent à 2 cycles simultanés : phases lunaires et hauteur de la Lune.

Phases lunaires

Lune croissante : de la nouvelle lune à la pleine lune (meilleure croissance, récoltes plus abondantes, moins de maladies).

Lune décroissante : de la pleine lune et la nouvelle lune (renforcement des saveurs, des parfums et des couleurs).

Hauteur de la Lune

Lune montante : quand elle apparaît de plus en plus haut sur l’horizon (semis, greffes, récoltes des parties aériennes).

Lune descendante : quand elle apparaît de plus en plus bas sur l’horizon (plantations, récolte des racines, amélioration du sol, taille et boutures).

 

Open post
Cascade de bruyère-blog-delbard-jardin-conseils

Réalisez votre cascade de Bruyères

L'automne est la période idéale pour planter vos bruyères : en pots, en jardinières ou encore en pleine terre pour border un mur, elles sauront vous ravir au jardin. Ces plantes vivaces ont le don de se faire remarquer toute l'année... Que ce soit par la couleur de leur feuillage très fin ou encore de leurs fleurs. N'ayez plus de doute, elles s'acclimateront chez vous, peu importe la région dans laquelle vous vivez... 

Réalisez votre cascade de bruyères à la maison grâce à notre pas à pas ! 

 

Suivez notre pas à pas !

Open post

Le gâteau au yaourt

gatau

Et oui, le grand classique…

LE GÂTEAU AU YAOURT 

Celui qui vous rappelle votre enfance, qui vous ramène le temps d’une bouchée, dans la cuisine où vous avez grandi…

La recette idéale quand on a pas trop le temps ni trop d’ingrédients dans les placards et qu’on a envie de se faire un petit plaisir…

Même si pour ce gâteau on a déjà presque tous nos propres recettes ou nos habitudes, on vous donne notre technique à nous ! sourire

yaourtsucre oeufs farine

Ingrédients

1 pot de yaourt qui vous servira de verre doseur par la suite,

3 pots de farine

2 pots de sucre en poudre

1 sachet de sucre vanillé

1 sachet de levure chimique

1 pot d’huile de tournesol

2 oeufs

fouet

Préparation

#1 : Préchauffez votre four à 180°C (thermostat 6) le temps de préparer votre recette.

#2 : Prenez un saladier de taille médium et versez le yaourt. Nettoyez le pot de yaourt, il vous servira de verre doseur pour la suite de la recette.

#3 : Ajoutez les 2 pots de sucre en poudre, le sachet de sucre vanillé et les 2 œufs. Remuez la pâte.

#4 : Ajoutez la farine, la levure et enfin l’huile. Remuez la pâte jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène.

#5 : Beurrez un moule ou alors prenez un moule en silicone et versez-y la pâte du gâteau.

#6 : Enfournez votre préparation dans le four chaud pendant 35 minutes.

#7 : A la fin de ce temps, plantez un la lame d’un couteau dans le gâteau. Si celle-ci en ressort sèche, le gâteau est cuit. Si non, remettez-le au four pour 5 minutes et replantez la lame.

#8 : Démoulez votre gâteau et S-A-V-O-U-R-E-Z !

 

Ce gâteau peut être sujet à plein d’autres recettes ou variantes.

Vous avez une autre façon de le préparer ou alors de le rendre plus gourmand ?

Dites-nous tout en commentaire !

Navigation au sein des articles

1 2