Lutte écologique contre les nuisibles

 mouchePour se débarrasser des insectes néfastes, jouez la carte insectes contre insectes.insecte

 

C’est ainsi, que le plus naturellement possible, en se servant de la nature elle-même, vous cultiverez un jardin sain où ne rentre aucun élément nocif, ni pour vous ni pour l’environnement.

Pour éliminer tous ces insectes dévoreurs de vos bonnes et jolies plantes, il suffit parfois de peu de choses.

Avec l’aide d’insectes, de petits animaux, d’oiseaux qui éradiquent les nuisibles et de plantes qui les éloignent, nul besoin d’utiliser des produits chimiques en grande quantité pour se débarrasser des insectes prédateurs des cultures.

Bien sûr, vous savez que les coccinelles se délectent des pucerons. Mais connaissez-vous les chrysopes ?

Ce sont des insectes ailés dont les larves détruisent au printemps les parasites du jardin, aussi bien au verger, au jardin potager qu’au jardin d’agréments : elles se régalent de pucerons, de jeunes chenilles, d’acariens, de cochenilles farineuses, d’aleurodes et de thrips.

Les adultes se nourrissent de pollen et de nectar de fleurs favorisant ainsi la pollinisation.

Commandez des œufs de chrysopes et prévoyez-leur une maison d’hivernage, suspendue à une branche d’arbre.

Les adultes vont y passer l’hiver, et, dès le mois de mars, ils vont s’y reproduire. Ainsi, les larves seront à même de faire leur travail en se gavant des nuisibles dès les premières attaques printanières.

Si votre jardin est exempt de produits chimiques, et s’il y a une grande diversité de plantes, ils viendront tous seuls, heureux de trouver un havre de paix.

coccinelles

Attirez les animaux qui dévorent les insectes et larves dommageables : bienvenue aux papillons, abeilles, oiseaux, crapauds, grenouilles, orvets, lézards, libellules, chauves-souris, écureuils, hérissons, et bien sûr les coccinelles.

Faites évoluer votre jardin en un joli coin de nature, pour garder ces compagnons si utiles au jardin. Créez un lieu de vie, avec des fleurs sauvages, un muret, un tas de pierres, un tas de bois, des mangeoires, des abris pour les aider à passer l’hiver.

Au potager, laissez les légumes monter à fleurs et l’herbe pousser à différentes hauteurs pour fournir nourriture et cachettes. Bains d’oiseaux, mares, nichoirs… Voilà de quoi rendre vivant votre jardin !

Vous pouvez aussi, introduire dans vos jardins des nématodes, petits vers microscopiques qui parasitent leurs hôtes entraînant rapidement leur mort.

Ces nématodes sont particulièrement efficaces sur les vers gris, les larves de hannetons (vers blancs) mais aussi les doryphores et les limaces.

Il suffit d’arroser le sol avec un arrosoir ou un pulvérisateur dans lequel aura été introduit la dose nécessaire pour que les cultures soient protégées.

Des plantes repoussent les insectes nuisibles, gr âce à leur parfum : basilic, œillet d’Inde, mélisse, lavande… et séduisent des insectes utiles, comme les abeilles.

Semez une ronde de capucines autour de votre potager, les pucerons y passeront tout l’été et oublieront fèves et autres haricots verts.

taupe

Et les taupes ? N’ayez pas peur : même si elles enlaidissent parfois votre pelouse avec les amas de terre, en contre- partie elles mangent larves et gros vers blancs et vous pouvez récupérer la terre des petits dômes pour faire vos semis !

Ces dernières années plusieurs parasites sont venus envahir de beaux arbres d’ornements : les pins, les cèdres et les palmiers.

Les chenilles processionnaires font leurs nids dans les pins et les cèdres et dévorent leurs aiguilles, pouvant entraîner la mort de l’arbre à plus ou moins longue échéance. Pour lutter contre ces « envahisseuses », installez un écopiège autour du tronc de l’arbre : il empêche le passage des chenilles processionnaires lors de leur descente vers le sol.

Ainsi, ni les êtres humains, ni les animaux domestiques ne seront en contact avec ces chenilles très urticantes.

En interrompant leurs déplacements, elles ne pourront s’enfouir dans le sol où elles se transforment en chrysalides puis en papillons…

Ce piège est à placer au tout début du printemps avant que les chenilles quittent l’arbre en procession.

Les palmiers sont envahis par des papillons ravageurs et aussi par des charançons rouges dont les larves s’introduisent dans leurs stipes, provoquant la mort des sujets.

Là aussi, des nématodes peuvent intervenir pour limiter la propagation de ces redoutables parasites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.